Visite de la ministre des Armées aux soldats de Lynx 6 en Estonie

La ministre des Armées Florence Parly en visite en Estonie. [EMA]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le 29 octobre, Florence Parly, ministre des Armées, s’est rendue en Estonie et a rencontré les soldats du mandat Lynx 6 lors d’une visite sur le camp de Tapa.

Après avoir passé en revue un piquet d’honneur composé de personnels du sous groupement tactique interarmes (SGTIA) et de l’Echelon de Soutien National, et accompagnée de Jüri Luik, ministre de la défense estonien, Florence Parly a été accueillie successivement par le lieutenant-colonel Viljaste, chef d’état-major de la 1ère Brigade estonienne, par le colonel Clayton, commandant de l’eFP Estonie, ainsi que par le colonel Trohel, commandant les éléments français en Estonie.

La ministre des Armées a ensuite assisté à une présentation dynamique des capacités françaises, présentation commentée en anglais par le capitaine Valentin commandant le SGTIA. Fantassins, cavaliers, sapeurs et artilleurs ont conduit une manœuvre interarmes contre une résistance isolée, sur un terrain gorgé d’eau et difficilement praticable.

Florence Parly s’est également adressée aux hommes et femmes du mandat Lynx 6, rappelant les raisons de la présence française dans les pays baltes, dans le cadre de l’OTAN, en soutien à nos alliés. Après avoir remercié les militaires français pour leur engagement, elle a exprimé sa reconnaissance envers les soldats estoniens présents au Mali aux côtés de nos forces au sein de la mission Barkhane.

Au cours du déjeuner partagé avec les forces, la ministre des Armées a pu aller à la rencontre de tous et échanger de façon plus informelle avec des soldats fiers de sa présence et du temps qu’elle a bien voulu consacrer à Lynx 6.


Décidée par les chefs d’État et de gouvernement au sommet de Varsovie en 2016, la Posture de présence avancée renforcée de l’OTAN (enhanced Forward Presence ou eFP) permet aux Alliés de déployer, en nombre limité, des forces militaires dans les pays baltes et en Pologne.

Cet engagement non permanent vise à renforcer encore la posture de défense de l’Alliance par un dispositif dissuasif, à caractère purement défensif, selon une planification validée collectivement.

Dans ce cadre, la France engage en Estonie en 2019 un dispositif articulé autour de 300 militaires français et d’un S-GTIA composé de 4 chars Leclerc et de 13 VBCI. Cette mission Lynx est intégrée au sein d’un bataillon commandé par la Grande-Bretagne.