Regroupement des unités de la cyberdéfense pour plus d’efficacité

Florence Parly, ministre des Armées, était à Rennes (Ille-et-Vilaine), jeudi 3 octobre, pour inaugurer le bâtiment qui accueillera le Commandement de la cyberdéfense (Comcyber). Un domaine-clé pour la souveraineté de notre pays. [DiCod]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Florence Parly, ministre des Armées, était à Rennes (Ille-et-Vilaine), jeudi 3 octobre, pour inaugurer le bâtiment qui accueillera le Commandement de la cyberdéfense (Comcyber). Un domaine-clé pour la souveraineté de notre pays.

«Nous sommes désormais prêts à employer l’arme cyber, en opérations extérieures, à des fins offensives. Nous la considérons désormais comme une arme opérationnelle à part entière que nous emploierons isolément ou en appui de nos moyens conventionnels, pour en démultiplier les effets». Lors du Forum international de la cybersécurité en janvier dernier, Florence Parly faisait de la cyberdéfense une priorité stratégique de la LPM 2019-2025, réaffirmée le mois dernier l’Université d’été de la défense.

Ce nouveau champ d’action de l’armée française porte un nom : LIO, pour lutte informatique offensive. Une technique qui devra respecter le droit international des conflits, a précisé la ministre des Armées, c’est-à-dire les règles de proportionnalité, de distinction et de nécessité. Fin 2017-début 2018, les serveurs du ministère français des Armées ont été la cible d’un attaquant qui cherchait à accéder directement au contenu de boîtes mail de 19 cadres du ministère, dont quelques personnalités sensibles.

Synergies et optimisation des compétences

Le regroupement de commandement de la cyberdéfense à Rennes, jeudi, vise donc à répondre avec efficacité à l’utilisation de l’arme cyber dans l’espace numérique. Cette concentration des unités devra permettre de maximiser les échanges d’information, créer des synergies et optimiser les compétences au profit des opérations de cyberdéfense.

Le Comcyber installe ainsi une partie de son état-major et de ses unités en Bretagne : le Centre d’analyse en lutte informatique défensive, le Centre d’audit de la sécurité des systèmes d’information, le Centre de la réserve et de la préparation opérationnelle de cyberdéfense et la 807e compagnie de transmission de l’armée de Terre. Ces organismes auront pour voisin le pôle Maîtrise de l’information de la Direction générale de l’armement (DGA/MI), expert en cybersécurité.