Tir de missile "Aster 30"

Une marine de combat ! La FDA Forbin a réalisé un tir d'entraînement de missile "Aster 30" en intégrant les données transmises par la FREMM Languedoc. Une première pour des bâtiments de la Marine. ➡️ colsbleus.fr/articles/11664 Avec : Direction générale de l'armement

Posted by Marine Nationale on Friday, September 27, 2019
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Engagées dans le cadre de l’entraînement de haute intensité Gabian au large de l’Île du Levant, la frégate de défense aérienne Forbin et la frégate multi-missions Languedoc ont mené à bien le 18 septembre 2019 un tir de missile sur une cible aérienne transmise en liaison de données tactiques (LDT), c’est-à-dire sur des éléments de poursuite de la cible fournis par une autre unité que le bâtiment tireur.

En l’occurrence, un missile antiaérien «Aster 30» a été tiré par le Forbin au vu des données transmises par le Languedoc, réalisant ainsi une première pour des bâtiments de la Marine nationale.

La réussite de ce tir en réseau permet de valider la robustesse des architectures de liaison de données entre les navires pour partager la situation tactique et de démontrer la capacité de coordination des bâtiments de la Marine pour assurer la défense aérienne à la mer dans des situations de combat.

Ces tirs d’entrainements sont indispensables aux opérations de demain et sont donc une préparation indispensable pour une «Marine de combat» qui nécessite des unités, des systèmes d’armes et des équipages aguerris et donc bien entraînés.

Depuis son centre de DGA Essais de missiles sur l’Île du Levant, la Direction générale de l’armement (DGA) a participé à ce tir, comme à chaque entraînement de ce type, à travers notamment la coordination générale de l’essai et la mise en œuvre de la cible matérialisant la menace. Comme de plus en plus souvent pour la préparation opérationnelle des forces, les capacités de réalité virtuelle de DGA Essais de missiles ont aussi été utilisées. Ainsi, afin d’enrichir la situation tactique des deux frégates, le centre a transmis par liaison «L16» des données permettant de créer pour ces navires un environnement hybride associant pistes réelles et pistes simulées, contribuant ainsi à offrir à la Marine un entraînement toujours plus représentatif des théâtres d’opérations.

Ce succès en entraînement vient également appuyer le développement de la capacité de la veille coopérative navale (VCN), lancée sur les deux frégates pendant l’exercice et consolider les capacités opérationnelles d’une «Marine en pointe»


La veille coopérative navale

La veille coopérative navale est une capacité en développement qui repose sur le principe d’une mise en réseau de toutes les informations des senseurs d’une force aéronavale. Elle se distingue de la liaison de données tactiques par l’échange d’informations brutes et beaucoup plus précises directement en provenance des senseurs, et non de données élaborées. Demain, avec la veille coopérative navale, la Marine nationale pourra disposer d’une image optimisée de la menace et de suffisamment d’informations pour mettre en oeuvre encore plus efficacement un dispositif anti missile, en facilitant le choix de la plateforme la plus à même de traiter la menace.