Temps de lecture estimé : 7 minutes

Comme chaque semaine, l’État-major des Armées fait le point sur ses différentes opérations à travers la planète. Voici donc le point sur les opérations françaises entre le 11 et le 18 octobre 2019.

CHAMMAL

SITUATION MILITAIRE DU THÉÂTRE

Comme l’ont évoqué le président de la République française, le premier ministre, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et la ministre des Armées dans leurs récentes déclarations, l’offensive turque dans le Nord-Est Syrien constitue un évènement majeur.

Compte-tenu de la nature politique du sujet, mais essentiellement afin de protéger tant le secret des opérations que la sécurité du personnel, la situation dans le Nord-Est Syrien ne sera pas commentée.

Pour autant, l’opération Chammal, volet français de l’Opération Inherent Resolve, poursuit sa mission de lutte contre Daech, mission qui nécessite toujours une action déterminée de la Coalition.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

Sorties air hebdomadaires Sorties air hebdomadaires (bilan du 9 au 15 octobre inclus)

Les aéronefs français basés en Jordanie et aux Émirats arabes unis poursuivent leurs actions contre Daech, au sein de la Coalition. Cette semaine, les Rafale et l’Atlantique 2 engagés dans l’opération Chammal ont réalisé 18 sorties aériennes.  

ZONE MARITIME : MANCHE – MER DU NORD

GRIFFIN STRIKE 2019 : LIVEX

Depuis le 7 octobre dernier, les moyens conjoints des armées françaises et britanniques ont amorcé la phase initiale de l’exercice maritime Griffin Strike 19. Cet exercice maritime de grande ampleur, visant à valider la capacité opérationnelle de la composante maritime de la Combined Joint Expeditionnary Force (CJEF) franco-britannique, entame sa dernière phase dans un exercice grandeur nature, ou « Livex », mêlant lutte au-dessus, sur et sous la surface.

La Task Force 315, constituée de 15 bâtiments de surface, trois sous-marins, une centaine de troupes terrestres et près d’une quinzaine de moyens aériens franco-britanniques, a franchi une nouvelle étape avec ce « Livex ». Adaptation, résilience et réactivité sont plus que jamais de mise dans un scénario mêlant attaques aériennes comme sous-marines, avec la menace permanente de missiles CDCM (coastal defence cruise missile), d’engins explosifs immergés (water borne improvised device – WBIED) et d’embarcations rapides terroristes (fast attack craf – FAC).

Les opérations aéromaritimes impliquant tous les aéronefs de la force ont conduit les Lynx et Alouette 3 français, les Chinook et Merlin britanniques, mais aussi les Seahawk danois à effectuer de nombreux CROSS DECK (appontages sur bâtiments étrangers) dans le cadre d’un MASCAL (Mass Casualties ou évacuation sanitaire) ou en soutien aux opérations amphibies (WADER). Des ravitaillements à la Mer entre bâtiments français et ravitailleurs anglais rythment également l’exercice, assurant ainsi la capacité à opérer ensemble en mer et en autonomie.   

FORCES FRANCAISES A DJIBOUTI

UN MIRAGE 2000-5 EN ETHIOPIE

Le 3 octobre, un Mirage 2000-5 et un CASA CN 235 de la BA 188 des forces françaises de Djibouti (FFDj) se sont posés sur l’aéroport de Dire Dawa, deuxième ville d’Ethiopie, située dans l’est du pays et proche de la frontière djiboutienne.

La venue de ces aéronefs, dont ce Mirage 2000-5 de l’escadron de chasse 3/11 Corse vient concrétiser un peu plus la coopération croissante entre les FFDj et les forces armées éthiopiennes.

La coopération militaire bilatérale a été renforcée entre l’Éthiopie et la France à la suite de la signature de plusieurs accords importants lors de la visite du Président Emmanuel Macron en Éthiopie, en mars 2019.

ÉLÉMENTS FRANÇAIS AU SÉNÉGAL

SÉMINAIRE INTERNATIONAL DES PARTENARIATS MILITAIRES OPÉRATIONNELS EN AFRIQUE DE L’OUEST A DAKAR

Du 16 au 17 octobre 2019 se tient le séminaire international des partenariats militaires opérationnels d’Afrique de l’Ouest. Des officiers issus de 14 nations occidentales, dont la France, sont réunis à Dakar dans le but d’harmoniser et de renforcer la capacité de coopération au profit des pays de la bande sahélo-saharienne. L’objectif est de gagner en efficacité dans les actions des alliés au profit d’armées fortement engagées.

L’objectif est également de travailler sur le renforcement et la cohérence du dispositif des partenariats interalliés au profit et en liaison avec les armées partenaires ouest africaines. Les participants pourront ainsi proposer des solutions adaptées et coordonnées, qui prennent en compte les besoins actuels des pays africains, ainsi que leurs contraintes en matière de rythme opérationnel.

L’évènement, organisé avec l’EMA et soutenu par les éléments français au Sénégal, se déroule avec le souci permanent de répondre aux demandes des pays hôtes.

L’objectif est enfin de coordonner les plans de coopération et de proposer des formations adaptées en veillant à ne pas saturer les états-majors d’armées déjà engagés dans des opérations complexes au cœur de la bande sahélo-saharienne.

BARKHANE

SITUATION MILITAIRE DU THÉÂTRE

Dans une logique d’approche zonale en Bande Sahélo-Saharienne, La force Barkhane poursuit son effort dans la région du Liptako-Gourma – grande comme un quart du territoire métropolitain français – en appuyant les forces partenaires par le biais d’opérations conjointes et en agissant au profit de la population.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

Cette semaine Barkhane et ses partenaires ont poursuivi leur effort de lutte contre les groupes armés terroristes dans le Liptako-Gourma.

Visite du sous-chef opérations de l’état-major des armées, le général de Saint-Quentin

Du 7 au 10 octobre, le général de corps d’armée Grégoire de Saint-Quentin, sous-chef opérations de l’état-major des armées (SCOPS), s’est rendu dans la bande sahélo-saharienne (BSS) sur les sites de N’Djamena, Faya-Largeau, Niamey, Bamako et Ouagadougou pour rencontrer les militaires de l’opération Barkhane et les autorités civiles et militaires des différents pays.

Lors de sa première étape à N’Djamena, le commandant de la force Barkhane (COMANFOR), le général de division Pascal Facon, a présenté son appréciation de situation du théâtre et a décrit les opérations en cours et à venir au GCA de Saint-Quentin.

Ils se sont ensuite rendus à l’ambassade de France au Tchad pour s’entretenir avec l’ambassadeur, Son Excellence M. Bertrand Cochery. Le SCOPS a ensuite rencontré le ministre de la Défense tchadien, le général Mohamat Abali Salah, puis le Chef d’État-Major Général des Armées (CEMGA), le général Djimadoum Praima, pour s’entretenir de la situation sécuritaire dans la BSS en général et au Tchad en particulier.

Par la suite, au Mali, il a eu l’occasion de s’entretenir avec le président de la République, M. Ibrahim Boubacar Keïta, l’ambassadeur de France, Son Excellence M. Joël Meyer, le Commandant de la Force conjointe G5 SAHEL, le général Namata, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général Dembélé ainsi que le CEMGA, le général Coulibaly.
Cette tournée fut l’occasion de rappeler le soutien indéfectible de la France à la force conjointe du G5 SAHEL dont la mission de sécurisation des frontières est capitale. C’est ainsi que la France et le Burkina Faso ont signé le 17 décembre 2018 un accord intergouvernemental de Défense pour renforcer leur coopération face à la menace djihadiste.

Le 10 octobre, au Burkina Faso, aux côtés du général Facon et du général de Saint-Quentin, l’ambassadeur de France, Son Excellence M. Luc Hallade, a procédé à la remise officielle de 34 pick-up donnés par la France aux Forces armées du Burkina Faso en présence du CEMGA, le général Moïse Miningou, qui s’est par ailleurs réjouit de cette nouvelle capacité.

Soutien des moyens aériens au profit d’une opération de la force conjointe au nord du Niger et du Tchad

BARKHANE a soutenu la force conjointe du G5 Sahel au cours d’une opération entre les passes de Toummo au Niger et de Korizo au Tchad, entre le 1er et le 10 octobre. 

A cette occasion, une unité tchadienne de Wour et une unité nigérienne de Madama ont été engagées, une première sous le commandement du général Namata, nouveau COMANFOR.

Lors de cette opération, la force conjointe a découvert une cache d’armes et saisi huit fusils d’assaut, un fusil mitrailleur, un lance-roquette RPG7, sept roquettes munitions, quatre pistolets automatiques ainsi que de nombreuses munitions de différents calibres.
BARKHANE a par ailleurs apporté sa contribution à cette opération en appuyant la phase préliminaire de l’opération par des livraisons par air, mais aussi en effectuant des vols de renseignement à deux reprises.  

Focus sur le Partenariat Militaire Opérationnel

Le Partenariat Militaire Opérationnel (PMO) est un outil de prévention de crise et d’action destiné à soutenir et accompagner les forces partenaires et la Force Conjointe du G5 Sahel dans la lutte contre les Groupes Armés Terroristes et les aider à acquérir à terme la capacité à assurer leur sécurité de manière autonome.

Barkhane assure un PMO spécifique dit « partenariat de combat ».

Dès lors, le PMO s’illustre par des actions quotidiennes des groupements tactiques en faveur des forces armées locales, notamment dans le Liptako et le Gourma. Concrétisation de ce PMO, ces groupements tactiques intègrent de façon quasi systématique des unités des forces armées partenaires dans leurs opérations constituant autant d’occasions de restituer les savoir-faire enseignés.

Plus de 524 activités de préparation opérationnelle ou d’accompagnement au combat ont été conduites depuis le début de l’année (Tchad : 85, Mali : 303, Niger : 113, Burkina Faso : 7, Mauritanie : 6) dans la zone d’opération de Barkhane ; détachements d’instruction opérationnelle ou technique, préparation d’opération, patrouilles et opérations conjointes, instructions au tir, sensibilisation au droit international humanitaire…

En 2019, pour mémoire, quatre séquences de préparation à l’engagement opérationnel, appelées DIDASKO, ont été réalisées respectivement à Oualam au Niger, à La Loumia au Tchad, à Dori au Burkina Faso et puis enfin à Markala au Mali.

Sorties air hebdomadaires (bilan du 9 au 15 octobre inclus)

Les avions de la force Barkhane ont réalisé 93 sorties, parmi lesquelles 32 sorties de chasse, 23 sorties de ravitaillement/ISR et 38 missions de transport.