Livraison de La Combattante, 3e navire Patrouilleur «Antilles-Guyane»

[Marine nationale]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Florence Parly, ministre des Armées, avait décidé de l’acquisition de ce 3e navire, fin 2017, après le passage de l’ouragan IRMA, pour augmenter les capacités d’action de l’État en mer dans la zone Antilles-Guyane.

La réception de ce 3e navire patrouilleur participe à l’amélioration de la protection des territoires ultra-marins et de leurs populations.

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 prévoit un effort particulier sur la sauvegarde maritime, avec un renforcement de la capacité de patrouilleurs, en particulier en outre-mer.

La Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné, le 2 octobre 2019, à Fort-de-France en Martinique, La Combattante, 3e navire Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) destiné à la Marine nationale.

Il permettra notamment d’améliorer le secours aux populations et de renforcer les capacités de surveillance en mer dans le cadre de la lutte contre le narcotrafic.

Le 12 juin 2019, la cérémonie de première prise de commandement du patrouilleur a eu lieu à Saint-Malo, marquant l’achèvement de la construction du bâtiment. La Combattante a rejoint la Martinique le 7 août. Les derniers essais de réception ont été effectués pendant le transit et sur la future zone de déploiement.

La DGA avait notifié sa commande en décembre 2017 au chantier naval Socarenam.

Réalisée en moins de deux ans, de la décision à la livraison, cette opération illustre la capacité de réactivité du Ministère pour doter les forces armées des moyens nécessaires à la réalisation de leurs missions au service des Français.

Ce bâtiment est du même type que les deux patrouilleurs La Confiance et La Résolue, réceptionnés en 2017, et tous deux basés en Guyane.

Particulièrement adaptés à l’environnement opérationnel de la zone maritime Antilles-Guyane, les trois PAG sont des navires polyvalents. Ils permettent à la Marine nationale d’assurer des missions de souveraineté et de protection des intérêts nationaux, dont la protection du Centre spatial guyanais (CSG), la police des pêches, la lutte contre les trafics illicites, la surveillance de la navigation, la sauvegarde des personnes et des biens, ainsi que la lutte contre la pollution maritime.