Les deux premiers avions de patrouille maritime Atlantique 2 rénovés sont arrivés

Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’équipage du premier avion de patrouille maritime Atlantique 2 rénové (ATL2) a présenté aujourd’hui à la ministre des Armées les nouvelles capacités de l’appareil à l’occasion d’un vol de 2 heures.

La Direction générale de l’armement (DGA) a autorisé cet été le transfert des deux premiers ATL2 rénovés au nouveau standard 6 sur la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué (Morbihan). Ce transfert marque la fin des essais de développement du programme de rénovation des ATL2.

Pour faire face notamment à la montée de la menace sous-marine dans nos zones d’intérêt, la loi de programmation militaire 2019-2025 a étendu le programme de rénovation à 18 ATL2 contre 15 initialement. Les 18 avions rénovés seront livrés à la Marine nationale d’ici à 2024.

Les ATL2 sont des avions de patrouille maritime à très grand rayon d’action prioritairement destinés à la maîtrise du milieu aéromaritime via la lutte contre les sous-marins et les navires de surface, de la zone littorale jusqu’au grand large. Ils peuvent également constituer un appui aux opérations aéroterrestres grâce à leur capacité à mener des actions de renseignement et de frappes au sol. La Marine nationale possède actuellement 22 ATL2, tous basés à Lann-Bihoué.

Le programme de rénovation de la flotte d’ATL2 a été notifié fin 2013 par la DGA, maître d’ouvrage, aux industriels Dassault Aviation et Thales. Il permet de doter ces avions des performances requises pour assurer leurs missions opérationnelles jusqu’à leur retrait du service prévu après 2030. Les chantiers de mise à hauteur au standard 6 s’effectuent en parallèle par Dassault Aviation (6 chantiers en plus de l’avion prototype) et le Service industriel de l’aéronautique (SIAé) du ministère des Armées (11 chantiers).

Au-delà du traitement des obsolescences d’un avion conçu dans les années 1980, la rénovation porte principalement sur le remplacement de certains matériels par des équipements numériques issus des meilleures technologies actuellement disponibles : calculateur tactique, systèmes de renseignement optronique et acoustique, consoles des opérateurs, radar. En particulier, le nouveau radar Searchmaster bénéficie de la technologie d’antenne active développée par Thales pour le Rafale. Naval Group est également impliqué avec le logiciel de traitement de l’information, ainsi que le SIAé pour la rénovation des consoles de visualisation.

Le prototype et le premier de série, respectivement arrivés à Lann-Bihoué les 18 juillet et 27 août dans leur version logicielle finale, ont été minutieusement testés par une équipe intégrée associant le centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol, le centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA/10S) de la Marine nationale et Dassault Aviation.

L’expérimentation opérationnelle de la Marine, débutée à Istres en parallèle des dernières phases d’essais, se poursuit à Lorient pendant les dernières vérifications contractuelles effectuées par la DGA en vue de la qualification. Elle a pour but d’élaborer les tactiques d’emploi permettant d’utiliser au mieux les nouvelles capacités de l’aéronef.

La mise en service opérationnel du standard 6 est prévue fin 2021, après la formation des équipages, la transformation d’un premier lot d’aéronefs, et la livraison du simulateur à terre pour l’entraînement tactique de nouvelle génération (SIMTAC NG), en cours de réalisation sous la conduite de la DGA.