Temps de lecture estimé : 10 minutes

Comme (presque) chaque semaine, l’État-major des Armées fait le point sur ses différentes opérations à travers la planète. Voici donc le point sur les opérations françaises entre le 19 et le 26 septembre 2019.

TERRITOIRE NATIONAL

FIN DE L’OPERATION HEPHAISTOS 2019

Du 24 juin au 19 septembre, l’état-major de zone de défense de Marseille a assuré le contrôle opérationnel de l’opération Héphaïstos, contribution annuelle des Armées au plan national de lutte contre les feux de forêt en période estivale.

En Corse, le 2ème Régiment Etranger de Parachutistes et la Base aérienne 126 ont déployé des modules d’assistance et de surveillance.  Ayant effectué plus de trente missions de surveillance en véhicules tactiques au cœur des massifs forestiers et une centaine de patrouilles de sensibilisation au contact de la population, ils ont permis de faire de la prévention tout en renseignant les sapeurs-pompiers.

Dans le Languedoc et en Provence, le 19ème Régiment de Génie a engagé deux groupes spécialisés dotés de moyens de travaux lourds. Intégrés au sein de formations militaires de la sécurité civile, ils sont intervenus plus d’une vingtaine de fois afin de créer des coupes feux ou d’aménager des pistes.

L’aviation légère de l’armée de terre, quant à elle, a mis à disposition un détachement d’hélicoptères de manœuvre et de reconnaissance, offrant ainsi une capacité supplémentaire conséquente de déplacement et de surveillance à la sécurité civile.

Enfin, intégré au sein du centre opérationnel de la préfecture zonale de Marseille, un détachement de liaison de l’armée de l’air a permis de faciliter la coordination des moyens aériens civils et militaires dans le Sud de la France.

Depuis le 1er janvier 2019, près de 10 500 hectares ont brûlé sur le territoire national dont plus de 6 100 dans le Sud de la France. Les départements de l’Aude, du Gard et de l’Hérault ont été les plus touchés. En saison estivale, le niveau de risque est maximal en zone Sud, nécessitant chaque année la participation des armées à la prévention et la lutte contre les feux de forêts.

MER BALTIQUE

NORTHERN COASTS : EXERCICE MAJEUR EN MER BALTIQUE

La Task Force 356, regroupant plus de 17 nations, 40 bâtiments, 3.000 marins et 5 hélicoptères embarqués, a été constituée dans le cadre de l’exercice, « Northern Coasts 2019 » (NOCO19). Cet exercice international d’ampleur, organisé par l’Allemagne, rassemblait les pays alliés de la zone (Allemagne, Belgique, Danemark, Estonie, Finlande, France, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Pologne et Suède). Pendant près de deux semaines, du 6 au 18 septembre, les marines alliées se sont ainsi entraînées en mer Baltique.

L’objectif de cet exercice global était double : opérer en task force constituée dans une zone littorale aux espaces contraints et fréquentés, et

s’entraîner dans le domaine multi-luttes. In fine, NOCO19 a permis d’améliorer l’interopérabilité et la coopération entre les pays alliés autour de la mer Baltique.

A l’occasion de NOCO19, le chasseur de mines Croix du Sud était intégré au Task Unit (TU) 356.02.01, force maritime constituée principalement de 8 chasseurs de mines du SNMCMG1 (Standing NATO Mine Counter Measures Group One). La mission de cette force spécialisée dans la guerre des mines est de détecter puis de neutraliser les mines dans les couloirs de navigation, permettant ainsi le passage en toute sécurité des convois maritimes.

La Croix du Sud a participé à la réussite de la mission en détectant six mines et en effectuant la neutralisation d’une mine historique de la seconde guerre mondiale de 490 kg.

Pendant cet exercice international, le vice-amiral d’escadre Jean-Louis Lozier s’est rendu à Rostock, en Allemagne, du 10 au 11 septembre, en sa qualité de commandant de la zone maritime Atlantique. Invité par le vice-amiral Andreas Krause, chef d’état-major de la marine allemande, il a pu échanger durant ces deux jours avec différentes autorités des marines européennes et étrangères, réaffirmant ainsi nos liens forts d’amitié et de coopération entre puissances alliées.

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

EUTM-RCA : FORMATION DE SPECIALITE

Depuis le lundi 19 août, le pilier éducation de l’European Union Training Mission-RCA (EUTM-RCA) organise une formation délivrant le certificat technique du 1er degré (CT1) du domaine « Administration ».

Cette formation dont la durée est de 13 semaines, se déroule du 19 août au 15 novembre au centre de formation de Kassaï, à Bangui. Elle est actuellement dispensée à 16 membres de l’armée nationale centrafricaine et de la gendarmerie nationale, du grade de caporal à celui d’adjudant-chef.

Destinée aux titulaires du Certificat Technique Élémentaire (CTE) administration, cette formation va permettre aux stagiaires d’acquérir les compétences indispensables pour occuper un poste à responsabilité dans la filière « administration et secrétariat ».

Au quotidien, les instructeurs de l’EUTM conseillent les moniteurs encadrants FACA, qui avaient eux-mêmes bénéficié d’une précédente formation axée sur la pédagogie.

Les différentes instructions dispensées aux stagiaires de cette formation comprennent des cours de correspondance militaire, d’accueil de personnes, de prises de notes, de pédagogie et de méthodologie de synthèse. Elles leur permettent d’être formés de manière exhaustive aux différents rôles et responsabilités du chef d’un secrétariat et de son adjoint.

Des cours de ressources humaines, de français, de bureautique et de calcul de solde (salaire du militaire) leurs sont également dispensés en vue d’approfondir leurs connaissances.

Différentes organisations non gouvernementales (ONG) comme le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) sont également amenées à intervenir en soutien des encadrants FACA et de l’EUTM pour les formations concernant le Droit international humanitaire (DIH) et la prévention des maladies sexuellement transmissibles.

Pour mémoire, depuis le lundi 08 juillet, le général de brigade Peltier est à la tête de la mission de formation de l’Union Européenne en République Centrafricaine (EUTM-RCA).

CHAMMAL

SITUATION MILITAIRE DU THÉÂTRE

L’opération Chammal, volet français de l’Opération Inherent Resolve, poursuit sa mission de lutte contre Daech et continue à appuyer les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et les Forces de Sécurité Irakiennes (FSI).

En Irak, dans le Nord-Est syrien et dans la Moyenne Vallée de l’Euphrate, la situation sécuritaire nécessite toujours une action déterminée de la Coalition. Les FSI comme les FDS y poursuivent leurs différentes opérations de ratissage et de sécurisation contre les cellules clandestines de Daech.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

La France poursuit son engagement au sein des piliers « appui » et « formation » de la Coalition. Au sein de ce dernier, les armées françaises participent directement à l’amélioration des capacités et des savoir-faire de l’armée irakienne par l’action des Task Force Narvik et Monsabert, déployées à Bagdad. Cet appui à la formation et à l’entraînement des forces de sécurité irakiennes contribue à la lutte contre Daech et participe à la sécurisation de l’Irak.

  • Les Rafale appuient les forces de sécurité irakiennes

Cette semaine, deux Rafale de la base aérienne projetée (BAP) au Levant ont appuyé les forces de sécurité irakiennes (FSI) en délivrant une frappe à leur profit.

L’opération a été menée dans le centre de l’Irak de manière conjointe et coordonnée avec plusieurs éléments de la coalition internationale.

Cette frappe planifiée a permis la destruction de deux bâtiments utilisés par Daech comme lieux de rassemblement pour ses combattants, contribuant ainsi à l’affaiblissement des capacités militaires du groupe terroriste insurrectionnel.

Les pilotes de Rafale ont atteint leur objectif grâce à un tir de haute précision. Pour réaliser cette mission, le tir a été précédé d’une observation minutieuse du site par les Rafale destinée à s’assurer qu’aucune activité civile n’était présente autour de l’objectif et au-delà.

  • L’Atlantique 2 est de retour au Levant

Lundi 23 septembre, l’avion de patrouille maritime Atlantique 2, s’est posé sur la piste de la base aérienne projetée au Levant.

Principalement dédié aux missions aéromaritimes, axées principalement sur la lutte anti-sous-marine, l’ATL2 est l’avion de choix pour mener des missions ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance). L’objectif est de détecter et d’identifier les activités des combattants de Daech, ainsi que leurs lieux de passage ou de rassemblement. L’aéronef est également capable de réaliser des missions de CAS (Close Air Support – appui aérien rapproché) en appui des forces de sécurité. Ainsi, il peut effectuer des frappes d’opportunité grâce à sa capacité de largage de bombes guidées laser.

Ce détachement de la Marine Nationale se déploie sur la base aérienne projetée au Levant avec ses équipages et ses mécaniciens en contribuant au volet appui de l’opération Chammal. Cet aéronef, dispose de postes d’observations dédiés, de capteurs imagerie performants et de systèmes électroniques de pointe. Il permet ainsi de recueillir du renseignement précieux et nécessaire à la conduite des opérations de la Coalition.

Le précédent mandat de l’Atlantique 2 s’était illustré par ses actions de renseignement dans la lutte contre Daech en totalisant 21 missions de reconnaissance et de surveillance et en effectuant plus de 190 heures de vol. L’Atlantique 2 est une plateforme aérienne très modulaire et parfaitement adaptée à l’environnement de ce théâtre et aux objectifs de l’opération Inherent Resolve.

Sorties air hebdomadaires (bilan du 18 au 24 septembre inclus)
Les aéronefs français basés en Jordanie et aux Émirats arabes unis poursuivent leurs actions contre Daech, au sein de la Coalition. Cette semaine, les Rafale engagés dans l’opération Chammal ont réalisé 20 sorties aériennes et ont procédé à 1 frappe.

BARKHANE

SITUATION MILITAIRE DU THÉÂTRE

Dans une logique d’approche zonale en Bande Sahélo-Saharienne, La force Barkhane poursuit son effort dans la région du Liptako-Gourma – grande comme un quart du territoire métropolitain français – en appuyant les forces partenaires par le biais d’opérations conjointes et en agissant au profit de la population.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

Cette semaine Barkhane et ses partenaires ont poursuivi leur effort de lutte contre les groupes armés terroristes dans le Liptako-Gourma.

  • Première livraison par air en opération à partir de l’A400M ATLAS

Le 18 septembre, dans le cadre d’une expérimentation d’un A400M, l’équipage du Centre d’expertise aérienne militaire (CEAM) de l’Armée de l’Air, accompagné d’un détachement de la Section Technique de l’Armée de Terre (STAT), a réalisé

la toute première Livraison Par Air (LPA) en opération au profit du Groupement Tactique Désert n° 2 (GTD-2) dans la zone de Kidal au Mali. Il s’en est suivi d’un second aérolargage le 20 septembre, sur le même site.

Habituellement effectué par le C-160 TRANSALL, c’est au tour de l’A400M ATLAS de ravitailler les troupes de la force Barkhane déployées au sol, même si c’est encore à titre expérimental.

Doté d’une capacité d’emport exceptionnelle pouvant aller jusqu’à deux véhicules de l’avant blindés (VAB), cet Airbus a largué, en deux fois, trente tonnes d’eau et de vivres par les airs.

La veille de ce premier largage au profit de la force Barkhane, les équipes du 1er Régiment du train parachutiste (1er RTP) ont conditionné 10 palettes aérolargables contenant des vivres, dont 15000 L d’eau, soit 16,3 tonnes de matériel.

En plus de sa vitesse, la capacité d’emport de l’A400M et son élongation permettent de livrer loin et en grande quantité. La LPA est un moyen sécurisé et rapide d’approvisionnement, et constitue un véritable atout pour les troupes au sol.

En pleine saison des pluies, avec une température avoisinant les 40 degrés, l’A400M a relevé le défi avec brio.

  • Inauguration d’un puits dans la région de Ménaka

Dans le cadre du soutien à la stabilisation dans la région de Ménaka, les autorités maliennes ont inauguré jeudi 19 septembre un puits de grand diamètre. Creusé dans le quartier excentré d’Essacan, il va permettre l’irrigation d’une zone de maraîchage qui profitera directement aux 3000 habitants du quartier.

Ce projet, appuyé par la Force Barkhane, a été mis en œuvre pas les CIMIC FAMa en coordination avec le chef de village, le président des maraîchers et le président de la jeunesse d’Essacan.

La cérémonie d’inauguration du puits a été présidée par le gouverneur de Ménaka, M. Daouda Maiga, accompagné du représentant des autorités intérimaires, M. Abdoul Wahab.

La population présente en nombre pour l’occasion s’est montrée enthousiaste au sujet de la création de cette vaste zone de maraîchage qui leur permettra d’être moins dépendants des importations du Niger et qui leur fournira de nombreux emplois.

Les CIMIC FAMa ont profité de cette cérémonie pour remettre des moustiquaires à la population et plus particulièrement aux femmes avec enfants en bas-âge, dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

  • Focus sur la topographie et le renseignement géographique

Présent sur la Plateforme Opérationnelle Désert (PfOD) de Gao, le détachement « CASSINI » est issu du 28e groupe géographique (28e GG), seule unité spécialisée de l’armée de Terre disposant des capacités de recueil de l’information géographique sur le terrain. La mission du détachement est de caractériser l’ensemble des zones encore inconnues au Mali.

Outil particulièrement précieux, il effectue un travail sur le long terme dans le but de fournir un renseignement géographique précis et actualisé, indispensable à la préparation et à la réalisation des différentes opérations menées par la force Barkhane.

Composée d’une vingtaine de géographes, le détachement « CASSINI » comprend un groupe commandement/soutien, un groupe exploitation calcul (GEC) permettant le traitement des données géographiques collectées sur le terrain et 4 équipes de recueil. Les missions dévolues au détachement englobent le recueil des informations géographiques de terrain nécessaires à la mise à jour de la cartographie, à la production de dossiers de localités et de roadbooks, de plans d’infrastructures, de levés d’obstacles aériens et de modèles numériques 3D, de dossiers techniques ainsi que la détermination de points précis utilisés notamment par l’artillerie ou dans le cadre du calage des images satellites.

Déployées, les équipes collectent les coordonnées GPS des points d’intérêt pouvant être les infrastructures présentes (bâtiments, maisons, écoles, puits, ponts, etc.), les différentes surfaces, routes, pistes. Autant d’éléments qui seront pris en compte pour la préparation et la conduite des futures opérations.

Ces données sont exploitées par le GEC puis transmises à la section géographique du PCIAT qui les intègre dans la base de données de théâtre et les diffuse à l’ensemble de la force ainsi qu’aux organismes chargés de la production géographique en métropole.

  • Le peloton de recherche et d’intervention (PRI), le pisteur des groupements tactiques en opération

Le Groupement Tactique Désert n°1 (GTD-1) « Belleface » se déploie régulièrement dans le Gourma en véhicules blindés. Les fantassins du groupement empruntent différents itinéraires pour rejoindre leurs zones d’opération. L’infanterie bénéficie alors d’une unité de cavalerie dédiée aux missions de reconnaissance : le Peloton de Recherche et d’Intervention (PRI). Cette unité est intégrée au groupement d’infanterie.

La reconnaissance permet l’anticipation de la manœuvre tactique. Son objectif principal est de ne pas être surpris, ni par la praticabilité du terrain, ni par l’ennemi.

La reconnaissance a aussi pour objectif de conserver l’effet de surprise, de renseigner sur l’ennemi pour prendre l’ascendant sur lui. Le PRI collecte les indices de présence de Groupes Armés Terroristes (GAT) pour en définir les contours et les volumes. Les hommes du PRI entretiennent également un dialogue régulier avec les populations.

Sorties air hebdomadaires (bilan du 18 au 24 septembre inclus)

Les avions de la force Barkhane ont réalisé 86 sorties, parmi lesquelles 33 sorties de chasse, 24 sorties de ravitaillement/ISR et 29 missions de transport.