Chantier de transformation du ministère des Armées

Temps de lecture estimé : 2 minutes

La ministre des Armées, Florence Parly, s’est exprimée au sujet de la transformation du ministère devant les cadres de l’hexagone Balard, ce jeudi 26 septembre.

La ministre a rappelé les nombreux défis que le ministère doit relever, et a annoncé un «budget en hausse pour la troisième année consécutive [avec] 1,7 milliards d’euros de plus qu’en 2019». Elle a ensuite évoqué les 25 dernières années de réformes du ministère et présenté le chantier de transformation actuel. Une transformation «voulue» et «pas contrainte», «pour la première fois, une transformation qui n’est accompagnée ni de coupes budgétaires, ni de suppressions de postes». Après les actions concernant le terrain et le quotidien des militaires et des civils, les états-majors, services et administrations doivent, à leur tour, faire évoluer leurs méthodes de travail.

Florence Parly a fait part des orientations retenues à l’issue du comité exécutif ministériel. L’État-major des armées (EMA) fera l’objet d’une nouvelle organisation, plus coopérative et qui s’incarnera par un partage des ressources à la disposition «du collège des sous-chefs». Il aura pour mission de fixer les priorités et décider des orientations. Cette organisation devra permettre «le développement de la culture d’anticipation». À la demande du Chef d’état-major des armées (CEMA), les services de soutien de la décision stratégiques seront rapprochés.

«Les chefs d’états-majors d’armée devront eux-aussi déclarer à leur niveau une organisation répondant aux mêmes exigences» et ils présenteront leurs propositions à la ministre dans les prochaines semaines.

La Direction générale de l’armement (DGA) poursuivra, quant à elle, une transformation déjà initiée notamment avec la réforme de la conduite des programmes d’armement et la création de l’Agence de l’innovation de défense (AID).

Le Secrétariat général aux armées (SGA) devra apporter à l’ensemble des armées, directions et services, un appui à la transformation et une aide à la mise en œuvre effective.

Enfin, la ministre a annoncé qu’elle souhaitait que les parcours professionnels des cadres civils et militaires soient revus. Le CEMA et le SGA ont ainsi été chargés d’entamer une réflexion à ce sujet, tout comme le Délégué général pour l’armement concernant les évolutions que le corps de l’armement pourraient connaître.