Le Hezbollah menace Israël de représailles après une attaque au drone au Liban

Discours du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, le 25 août 2019. [AFP]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a menacé dimanche Israël de représailles après une attaque au drone armé contre le bastion du puissant mouvement armé à Beyrouth.

« Ce qui s’est passé (samedi soir) c’est une attaque au drone kamikaze, contre une cible dans la banlieue sud de Beyrouth », a dit M. Nasrallah dans un discours retransmis en direct sur un écran géant devant ses sympathisants dans cette même banlieue, fief du Hezbollah.

M. Nasrallah, dont le mouvement est l’une des bêtes noires d’Israël, n’a pas précisé quelle était cette « cible ». Il a présenté l’attaque comme « le premier acte d’agression » d’Israël au Liban, depuis la guerre qui a opposé les deux camps en 2006.

« Je dis à l’armée israélienne aux frontières. Dès cette nuit, préparez-vous, et attendez-nous un jour, deux, trois, quatre », a martelé le chef du Hezbollah. « Ce qui s’est passé ne va pas passer » sans une riposte, a-t-il averti sur un ton parfois colérique et en haussant le ton.

S’adressant « à tous les habitants de la Palestine occupée (Israël, ndlr) », il a lancé : « Ne vivez pas, ne vous reposez-pas, ne soyez pas rassurés, et ne pariez pas un instant que le Hezbollah va permettre (…) de telles agressions ».

Le chef du Hezbollah a indiqué qu’un drone de reconnaissance avait survolé samedi soir très bas la banlieue sud, et qu’il avait été suivi d’un drone armé.

Il a vu dans l’attaque qui selon le Hezbollah a fait des dégâts mais pas de victime, une phase « très dangereuse » pour le Liban si rien n’était fait. Le Hezbollah ne « permettra pas » la répétition de telles attaques au drone « quel qu’en soit le prix » et « fera « tout pour les empêcher ».

M. Nasrallah, dont les combattants sont engagés au côté du régime dans la Syrie voisine en guerre, a par ailleurs évoqué les raids de l’aviation israélienne samedi soir près de la capitale syrienne Damas.

« Il n’y avait que des jeunes libanais du Hezbollah à l’endroit qui a été bombardé » par les raids, a-t-il affirmé, réfutant les déclarations israéliennes selon lesquelles la cible était la force iranienne al-Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la Révolution.

M. Nasrallah a confirmé la mort de deux combattants du Hezbollah. La cible était « un endroit où les jeunes du Hezbollah se reposent. Ce n’était pas une position militaire ».