Les détails de la stratégie spatiale militaire française dévoilés le 25 juillet

La ministre des Armées Florence Parly, à l'Assemblée nationale, le 16 juillet 2019. (Assemblée nationale)
Temps de lecture estimé : 1 minute

La ministre des Armées Florence Parly présentera la stratégie française dans le spatial militaire le 25 juillet prochain à Lyon, a-t-elle annoncé mercredi.

«J’aurai l’occasion, le 25 juillet prochain, à Lyon, de détailler la réponse déterminée de la France face aux acteurs spatiaux inamicaux. Cette nouvelle stratégie permettra à la France de conserver toute sa place à l’avant-garde des puissances spatiales», a déclaré la ministre à l’Assemblée nationale, lors de la séance des Questions au gouvernement.

Composé dès ses débuts de 230 personnes, ce commandement montera progressivement en puissance et, pour l’essentiel, il sera implanté à Toulouse, d’où seront donc menées nos opérations spatiales militaires.

Si, demain, l’un de nos satellites ou l’ensemble d’entre eux étaient neutralisés, la France subirait un énorme black-out de ses communications. Ce scénario, il ne suffit pas de l’anticiper: il faut l’empêcher, car notre autonomie stratégique en dépend ; elle dépend de la sécurisation de nos capacités spatiales.

Florence Parly, ministre des Armées

Le 13 juillet dernier, le Président de la République Emmanuel Macron a souhaité apporter une «inflexion majeure à notre stratégie spatiale de défense».

Lors d’un discours aux armées, la veille du défilé du 14 juillet, il a en effet annoncé que la France renforcerait ses capacités de surveillance de l’espace, y compris en protégeant nos satellites de manière «active».

À cette fin, un grand commandement de l’espace sera créé en septembre prochain, au sein de l’Armée de l’air, elle-même appelée à changer de nom et devenir, à terme, l’Armée de l’air et de l’espace.

La loi de programmation militaire prévoit un investissement de 3,6 milliards d’euros pour le domaine de la défense spatiale.