Trois civils tués par un tir français au Mali contre leur véhicule suspect

Opération BARKHANE, au Mali. (EMA)
Temps de lecture estimé : 1 minute
Des militaires de la force Barkhane, au Mali, ont ouvert le feu samedi dernier contre un véhicule suspect, tuant ses trois occupants, annonce l’État-major des Armées.

«Le samedi 8 juin 2019, dans la région ouest de Tombouctou au Mali, dans une zone connue pour l’évolution de groupes armés terroristes, un détachement de la force Barkhane a été confronté à un véhicule suspect qui a refusé de se soumettre à un contrôle», indique l’état-major dans un communiqué.

Après «plusieurs tirs de sommation de la part des soldats français, auxquels le véhicule n’a pas obtempéré, il a été procédé à un tir pour stopper le véhicule alors qu’il se dirigeait vers les militaires français. Ce tir a causé de façon non intentionnelle l’explosion du pickup».

D’après la hiérarchie militaire, il a été découvert, après l’incendie du véhicule, qu’il transportait «une quantité importante de carburant. Les trois occupants du véhicule, deux adultes et un adolescent, sont décédés».

«Il a été procédé à leur inhumation conformément au droit international et dans le respect des coutumes locales», précise encore le communiqué de l’état-major.

Les médias maliens rapportent de leur côté que, selon le chef de la communauté Kel Razzaf Ichirifene, les personnes tuées n’étaient que de simples civils ne représentant aucune menace. Il s’agirait en fait d’un père de famille et ses deux enfants.

S’agit-il d’une bavure ? Quoi qu’il en soit, une enquête est en cours afin de faire toute la lumière sur les faits.