80 ans de la base aérienne 115 d’Orange [VIDÉO]

Temps de lecture estimé : 3 minutes
Pour ses 80 printemps, la base aérienne 115 d’Orange a vu les choses en grand. Les 25 et 26 mai 2019, elle a accueilli l’un des deux meetings de l’air organisés par la Fondation des œuvres sociales de l’air. Un ballet aérien époustouflant.

Show aérien, ciel bleu, enthousiasme et passion: il régnait une ambiance de fête le week-end dernier sur la base aérienne (BA) 115 d’Orange, à l’occasion du meeting de l’air.

«Les meetings de l’air représentent une formidable opportunité pour nos œuvres sociales, indique le général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air. Nous avons besoin d’aider les familles de nos disparus, nos aviateurs blessés et leurs familles, les aviateurs en difficulté à reprendre l’envol. L’envol face aux aléas de la vie. Mais c’est aussi une opportunité de partager avec le public la passion de l’aéronautique et des métiers de l’Armée de l’air.»

30 000 personnes ont ainsi fait le déplacement pour partager ces instants aéronautiques. Pour la Fondation des œuvres sociales de l’air, organisateur du meeting, cet événement est une véritable opération de solidarité. «Grâce à des spectacles aériens comme celui-là, nous pouvons venir en aide à pas moins de 300 orphelins et à une centaine de familles en difficulté ainsi qu’à des blessés en opérations», précise le général Michel Fritsch, directeur des Meetings de l’air.

80 ans de la base aérienne 115 d’Orange

Durant tout le week-end, la base aérienne 115 d’Orange a accueilli près de 50 aéronefs et des dizaines de milliers de visiteurs sont venus fêter les 80 ans d’existence de la base aérienne.

«Ce meeting est un point d’orgue, explique le colonel Jordi Vergé, commandant la base aérienne. Nous faisons partie de l’histoire du Vaucluse et de la vie d’Orange. Au-delà des 80 ans, il nous faut préparer l’avenir. Nos aviateurs sont des passionnés et ils sont fiers de montrer leur travail.»

Ce meeting est également dédié à la mémoire de son illustre parrain, le capitaine Maurice de Seynes, dont elle porte le nom depuis le 26 mai 1989.

Depuis 1939, date de sa création, la BA d’Orange contribue quotidiennement à la sécurité de nos concitoyens en assurant de jour comme de nuit les missions de police du ciel, d’assistance aux aéronefs et de recherche et sauvetage. Depuis 2016, elle accueille le commando parachutiste de l’air n°20 et le centre de préparation opérationnelle du combattant de l’Armée de l’air.

Huit heures de spectacle par jour

Plus d’une cinquantaine d’aéronefs ont «régalé» le public au sol ou en l’air. Des plus légendaires, ayant participé aux deux guerres mondiales, au plus moderne, comme le Rafale. Outre l’incontournable Patrouille de France (PAF), le Rafale Solo Display, l’Alphajet Solo Display, l’équipe de voltige de l’Armée de l’air et l’équipe parachutiste de présentation et de compétition de l’Armée de l’air étaient présents.

Des avions étrangers ont également fait le déplacement: patrouille acrobatique espagnole Aguila, F 18 suisse, F 16 danois et des avions anciens (YAK 3, Fouga Magister, Skyraider, Sea Fury, etc.). Un F 86 Sabre a également fait sa première apparition dans le ciel français, aux côtés de la PAF. Symbole de la suprématie américaine dans la guerre de Corée, il est, à l’heure actuelle, le seul exemplaire visible en Europe.

Neuf mois de préparation

Huit km de barrières, 1 200 militaires mobilisés, huit heures d’animations par jour. Pour que le spectacle soit à la hauteur, neuf mois de préparation ont été nécessaires aux aviateurs de la base.

«Dans la préparation d’un meeting, il y a trois aspects phares: la sécurité, la constitution du plateau aérien et les aspects logistiques pour recevoir le public  dans de bonnes conditions», détaille le commandant de la base aérienne.

Plus de 300 spécialistes de la protection (gendarmerie, dispositif de lutte antidrone, fusilier commando, forces de sécurité intérieure) étaient mobilisés pour assurer le bon déroulement de l’événement. «Nous avons élaboré et planifié ce dispositif, comme une opération de défense de la base», souligne le colonel.

Pour être en mesure d’offrir un spectacle aérien en continu, l’Armée de l’air convie des aéro-clubs et des patrouilles étrangères à venir au meeting. «Depuis plus de six mois, nous travaillons à la construction du plateau aérien, détaille le lieutenant-colonel Éric, directeur des vols. Il faut inviter les participants, étudier les modalités financières, analyser les faisabilités de chacun et sélectionner le plus visuel pour le public.»

Le prochain rendez-vous est fixé aux 29 et 30 juin 2019 à Cazaux, pour le dernier meeting de l’air de la saison.