Juno Beach accueillera la cérémonie internationale du 75e anniversaire du D-Day

Une multitude de soldats de l'infanterie canadienne est en train de débarquer sur les plages de Juno Beach. (Archives nationales du Canada)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Un mois avant les commémorations du 75e anniversaire du débarquement de Normandie du 6 juin 1944, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, a visité les hauts lieux de mémoire britanniques et américains, tels que Ver-sur-Mer et Omaha Beach. A cette occasion, elle a fait des annonces sur l’organisation du 6 juin prochain.

Pour le président Emmanuel Macron, les commémorations commenceront le 5 juin, à Portsmouth, avec la reine d’Angleterre, pour l’embarquement des vétérans britanniques en direction de la Normandie.

Pour la première fois, la cérémonie internationale aura lieu à 18h, à Juno Beach, en secteur canadien, sous la présidence du Premier ministre français Édouard Philippe.

Le maire de Saint-Aubin-sur-Mer, Jean-Paul Ducoulombier a dit se «réjouir» qu’il y ait une cérémonie internationale et «d’autre part que le gouvernement ait décidé de mettre à l’honneur les forces canadiennes et le secteur Juno, mais regrette que le Président de la République n’ait pas pu se dégager pour cet hommage, pour l’une des dernières cérémonies où seront présents des témoins et des vétérans.»

Tout au long de la journée, le public présent à Juno Beach pourra admirer une exposition de véhicules militaires, organisée par l’association Compagnie F les Fusiliers Mont-Royal

Le même jour, à 8h30, une cérémonie franco-britannique se déroulera à Ver-sur-Mer en présence du président de la République, Emmanuel Macron, et de Theresa May, Première ministre britannique. Lors de la cérémonie, la première pierre du futur mémorial en hommage aux militaires britanniques du D-Day sera posée et une statue sera dévoilée.

Vers 11h, la cérémonie américaine, en présence de Donald Trump, président américain, et Emmanuel Macron, se tiendra au cimetière de Colleville-sur-Mer. Les deux chefs d’Etat se retrouveront ensuite pour un échange bilatéral à Caen.

Enfin, une commémoration française se déroulera à Colleville-Montgomery, à 16h, en présence du président de la République. «La cérémonie française sera un hommage aux commandos Kieffer, aux résistants et à toutes les personnes qui ont subi la bataille de Normandie», a déclaré Geneviève Darrieussecq.

Un peu d’histoire

Lors du débarquement de Normandie, les soldats canadiens se trouvaient à l’avant-garde de l’attaque. Le 6 juin, peu après minuit, 543 hommes du 1er bataillon de parachutistes canadiens ont été parachutés sur place afin de sécuriser le flanc est des troupes débarquant depuis la mer. Quelques heures plus tard, les troupes d’assaut ont envahi la plage Juno, une bande de sable de sept kilomètres parsemée de villages côtiers fortifiés en bastions allemands.

La plage Juno comptait parmi les cinq où les Alliés devaient débarquer ce jour-là. Les Canadiens étaient entourés des plages «Gold» et «Sword» britanniques à l’est et à l’ouest, tandis que les Américains ont plutôt foulé le sol un peu plus loin que la plage Gold, sur les plages «Omaha» et «Utah».

En tout, quelque 156 000 soldats alliés ont débarqué le jour J. De ce nombre 21 000 hommes au total ont débarqué sur la plage Juno le 6 juin, soit 14 000 Canadiens et 7 000 Britanniques.

Uniquement le jour J, 340 soldats canadiens sont morts sur la plage Juno ou près de celle-ci, et 574 ont été blessés. Dix-neuf de plus sont tombés au combat, 10 ont été blessés et 84 ont été faits prisonniers au sein du 1er bataillon de parachutistes canadiens. La Marine royale canadienne n’a déploré aucun mort, mais plusieurs blessés, le jour J, alors que l’Aviation royale canadienne a perdu 23 aviateurs, dont l’un est mort trois jours après avoir été blessé.

La bataille de Normandie, qui a suivie entre le 6 juin et le 21 août 1944, a aussi été meurtrière. Environ 5 500 Canadiens ont été tués au combat.