CHAMMAL : Bilan de l’engagement du groupe aéronaval

(État-major des armées)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le groupe aéronaval a été engagé du 13 mars au 11 avril inclus en Méditerranée orientale afin de participer à la lutte contre Daech au sein de l’opération Chammal.

Durant cette période le groupe aéronaval a déployé en permanence une frégate dans le canal de Syrie tandis que les aéronefs du porte-avions sont venus renforcer le pilier « appui » composé de la Task Force Wagram et du dispositif aérien français présent sur la base aérienne projetée au Levant, la base aérienne d’Al Udeid au Qatar et la base aérienne aux EAU.

Le groupe aérien embarqué a ainsi réalisé 134 sorties, dont 110 pour les Rafale et 24 pour les Hawkeye, dans des missions d’acquisition de renseignement ou d’appui aux forces engagées au sol contre Daech avec notamment la réalisation d’une frappe.

Faisant suite à la remontée en puissance du Charles de Gaulle en fin d’année 2018, cette participation à Chammal a marqué le retour à la pleine efficacité opérationnelle du groupe aéronaval, capable de se pré-positionner en zone de crise afin de mener des missions de projection de puissance et de renseignement tout en maîtrisant un espace aéromaritime complexe.

L’intégration des frégates britannique, danoise et américaine dans le dispositif montre également que le groupe aéronaval est un excellent levier de coopération, à même de coordonner des actions interalliées de grande envergure pour garantir le succès des opérations.

Tandis que les unités françaises engagées au Levant poursuivent leur lutte contre Daech, le groupe aéronaval  se dirige désormais vers l’océan Indien pour entamer la seconde partie de la mission Clemenceau. 
Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal représente le volet français de l’Opération Inherent Resolve (OIR) au sein d’une coalition de 79 pays et organisations.

A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal vise, à apporter un soutien militaire aux forces locales engagées dans le combat contre Daech sur leur territoire.

L’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier  » appui  » destiné à appuyer les troupes engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires de Daech ; un pilier  » formation » au profit des forces de sécurité irakiennes. A ce jour, le dispositif complet de l’opération Chammal compte 1 100 militaires. Il comprend également plus d’une centaine de militaires projetés à Bagdad pour la formation et le conseil des états-majors et unités irakiennes.