Opération Résilience: transfert de patients en réanimation à bord d’un NH90 Caïman

Transport de patient COVID-19 via le NH-90. [EMA]
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Le samedi 28 mars, un hélicoptère NH90 Caïman du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg a assuré pour la première fois le transfert de deux patients atteints du coronavirus. Cette rotation s’est effectuée depuis Metz vers le centre hospitalier d’Essen en Allemagne.

Cette procédure de transfert de patients en réanimation a été définie après une phase d’expérimentation et de certification exécutée dans des délais restreints par l’aviation légère de l’armée de Terre, appuyée par le 2ème régiment de dragons, et en coordination avec le SAMU et les autorités sanitaires.

La soute des Caïmans ainsi configurée, pourra accueillir deux patients en réanimation. Les patients seront accompagnés pendant le transfert par des équipes du SAMU, dont l’équipement sera arrimé dans l’hélicoptère. Le personnel militaire qui armera la soute sera muni d’équipements de protection fournis par le SAMU, tandis que le poste de pilotage sera séparé de la soute par un dispositif de protection mis en place par les équipes spécialisées NRBC du 2ème régiment de dragons. 

Ainsi équipés, les Caïmans peuvent transférer deux patients sur plusieurs centaines de kilomètres.

Après la mise en place de l’Elément militaire de réanimation par le service de santé des armées et le régiment médical, les transferts effectués sur les A330 Phénix équipés du dispositif MORPHEE ou sur le PHA Tonnerre, cette nouvelle capacité d’aérotransport spécialement définie est une nouvelle démonstration de l’engagement des armées dans la manœuvre de désengorgement des zones lourdement frappées par le coronavirus.

Cet engagement vient en complément de celui du personnel soignant du service de santé des armées, qui participe activement à la lutte contre l’épidémie depuis les premières heures de la crise.