La frégate Courbet saisit plus de 3,5 tonnes de stupéfiants en océan Indien

[État-major des armées]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le vendredi 13 décembre, la frégate de type La Fayette (FLF) Courbet a saisi plus de 3,5 tonnes de résine de cannabis au large du Golfe d’Oman. Le Courbet réalise ainsi la prise française la plus importante pour cette année dans cette région.

La frégate opérait sous contrôle opérationnel du commandant de la zone maritime de l’océan Indien (ALINDIEN), en soutien direct de la Combined Task Force (CTF) 150. La CTF 150 est une coalition rassemblant les marines de plusieurs pays pour lutter contre les trafics et activités illicites liées au terrorisme, et de garantir la sûreté des espaces maritimes.

Sur la base de renseignements, le Courbet a relocalisé un boutre suspect navigant sans pavillon, et l’a tenu en portée radar pendant plus de 36 h, en attendant que s’opère le transfert de stupéfiants à son bord par un navire complice. Vers 1 h du matin, le boutre a subitement fait route vers le sud et la frégate s’est mise en chasse.

Son équipe de visite a procédé à une enquête de pavillon, puis a décelé les stupéfiants dans un double fond des soutes à gasoil. Au bilan 172 ballots de résine de cannabis d’environ 20 kg chacun ont été découverts. La drogue a été saisie, rapatriée à bord du Courbet, pesée et scellée, puis détruite sous la responsabilité du commandant, et sur ordre d’ALINDIEN.

Florence Parly, ministre des Armées, félicite l’équipage de la frégate Courbet pour sa saisie de plus de trois tonnes de cannabis au large du Golfe d’Oman et salue «une action impressionnante de nos marins qui portent haut et fort les valeurs de la France dans ce combat essentiel contre les trafics de drogue, dont beaucoup ont pour destination finale l’Europe». 

Parti le 7 novembre de Toulon, le Courbet a relevé la frégate antiaérienne (FAA) Jean Bart le 23 novembre dans le cadre d’une mission de présence française dans le golfe Arabo-Persique dont la finalité est double : lutter contre le trafic de stupéfiants tout en contribuant à la protection des intérêts français dans la région.

Cette année les navires français ont procédé à 9 saisies avec un total de près de 15 tonnes de produits illicites dans cette zone.