Un militaire du 1er Spahis décède au Mali

Temps de lecture estimé : 3 minutes

La ministre des Armées Florence Parly a annoncé ce samedi soir le décès d’un militaire du 1er Régiment de Spahis, lors de son déploiement au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le groupe armé État islamique (Daech) a revendiqué l’attaque, via son agence de propagande Amaq.

«J’ai appris avec beaucoup d’émotion et de tristesse le décès du brigadier Ronan Pointeau, engagé au Mali dans l’opération Barkhane. Issu du 1er régiment de Spahis de Valence, il est mort au service de la France, qui perd aujourd’hui l’un de ses enfants», a indiqué Florence Parly.

Le 2 novembre vers 11h, heure de Paris, un véhicule blindé léger de la force Barkhane engagé dans une opération dans le Liptako a été frappé par la déflagration d’un engin explosif. Ce véhicule assurait la protection d’un convoi entre Gao et Menaka.

L’explosion a provoqué le retournement du véhicule.

L’équipe médicale présente sur place est aussitôt intervenue pour prendre en charge l’équipage du véhicule, alors qu’un hélicoptère Tigre a sécurisé la zone.

Après cette première intervention médicale, l’équipage du VBL a été évacué à l’aide d’un hélicoptère Caïman en direction de l’antenne chirurgicale de Gao. Le décès du brigadier Ronan Pointeau, du 1er régiment de Spahis, y a été constaté.

Les autres passagers du VBL ont été pris en charge. Leur état n’inspire pas inquiétude.

«Je tiens à adresser mes plus profondes condoléances à sa famille, à ses proches, à ses frères d’armes. Au nom de toute l’institution militaire, je leur assure notre soutien dans cette épreuve».

«Dans un contexte sécuritaire dégradé, la mort du brigadier Ronan Pointeau nous montre que le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n’est pas terminé et notre détermination à le poursuivre est entière. J’ai également en ce jour une vive pensée pour les militaires maliens décédés à la suite de l’attaque d’un poste de l’armée malienne près de la ville d’Indelimane. Je me rendrai très prochainement au Mali, afin de m’entretenir avec les autorités maliennes».

«Je salue l’engagement de nos militaires, qui, jour et nuit, vont jusqu’au bout de leur engagement pour défendre la France et les Français. Le sacrifice du brigadier Ronan Pointeau nous oblige, toute la communauté de défense est aujourd’hui en deuil».

«Je m’incline devant la mémoire du brigadier Ronan Pointeau, dont j’apprends avec tristesse et émotion la mort en opération, ce jour, au Mali. Mes pensées vont avant tout à sa famille, à ses proches et à ses frères d’armes», a écrit le général François Lecointre, Chef d’État-Major des Armées.

Biographie du brigadier Ronan POINTEAN

Né le 1er octobre 1995 à Castres, le brigadier Ronan Pointeau a accompli toute sa carrière au 1er régiment de spahis à Valence.

Le 7 juin 2016, il souscrit un contrat d’engagé volontaire de l’armée de Terre au 1er régiment de spahis. Lors de sa formation initiale, il se distingue d’emblée en se classant parmi les meilleurs. Il trouve facilement sa place et témoigne de nombreux domaines d’excellence. Sportif aguerri et endurant, il a le goût de l’effort et se montre très à l’aise sur le terrain. Il est affecté au 2ème escadron en tant que chargeur sur AMX10RC.

Il est élevé à la distinction de 1ère classe le 8 décembre 2016.

En 2018, il change de spécialité et évolue sur véhicule blindé léger en tant que cavalier porté. Il y fait preuve de détermination et gagne l’entière confiance de ses chefs. Il est alors affecté au 1er escadron. De février à juin 2018, il effectue une première mission au Tchad au sein de l’opération BARKHANE en tant que tireur de précision. Il y confirme ses excellentes qualités militaires de courage, de discipline et de fraternité d’armes.

Particulièrement dynamique et entreprenant, il cherche à progresser en permanence. Il est ainsi promu brigadier le 1er janvier 2019. Toujours volontaire, après s’être soigneusement préparé avec ses camarades, il rejoint le Mali en octobre 2019 pour une nouvelle mission au sein de l’opération BARKHANE. Sur ce théâtre exigeant, comme en métropole, son enthousiasme, son caractère enjoué et son autorité naturelle lui permettent d’être un subordonné de confiance et un élément moteur parmi ses pairs.

Le 2 novembre, alors qu’un détachement du groupement tactique désert blindé est engagé dans une escorte de convoi, son véhicule blindé léger est frappé par un engin explosif dans la région de Ménaka au Mali. Le brigadier Pointeau meurt au combat des suites de cette explosion.

Titulaire de la médaille de la défense nationale échelon bronze agrafes arme blindée cavalerie et mission opération extérieure, il est également décoré de la médaille outre-mer agrafe Sahel et de la médaille de la protection militaire du territoire agrafe Sentinelle.

Agé de 24 ans, le brigadier Ronan Pointeau était célibataire, sans enfants. Il a été tué dans l’accomplissement de sa mission, au service de la France.

Ses camarades conserveront la mémoire d’un Spahi déterminé, soucieux d’accomplir sa mission, mais également d’un véritable frère d’armes, bienveillant et généreux.