Le monument aux morts pour la France en opérations extérieures est inauguré [VIDÉO]

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le président de la République a inauguré ce 11 novembre, au Parc André-Citroën à Paris, le monument aux Morts pour la France en opérations extérieures.

Signe de reconnaissance de la Nation envers le sacrifice ultime des combattants engagés depuis 1963 sur les différents théâtres, il offre aussi un nouveau lieu de recueillement pour la communauté de défense, les familles et proches des militaires.

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, des centaines de milliers de militaires ont été engagés au service de la protection de leurs concitoyens et pour la défense, à l’extérieur de nos frontières, des intérêts de la France.

À ce jour, 549 combattants ont donné leur vie sur ces 17 théâtres d’opérations extérieures et aucun monument symbolisant l’hommage de la Nation ne leur était encore dédié.

La volonté de rendre hommage à cette nouvelle génération combattante, communément appelée «quatrième génération du feu», s’est naturellement tournée vers un projet de monument comportant l’inscription des noms de tous les morts pour la France en opérations extérieures (OPEX). 

Hommage à la «quatrième génération du feu»

Ce 10e Haut lieu de la mémoire nationale revêt plusieurs significations :

  • aux combattants des OPEX, il signifie que la Nation n’oublie pas ceux dont le sacrifice ultime témoigne de la valeur de leur engagement ;
  • aux familles des combattants décédés, il témoigne de la reconnaissance de la Nation et offre un lieu de recueillement et de souvenir ;
  • au public, il rappelle que la liberté dont il jouit n’existe que grâce à ceux qui sont prêts à donner leur vie pour la défendre.

Il aura aussi pour fonction de permettre le recueillement des frères d’armes, de la communauté militaire et du monde associatif et de rappeler la permanence des engagements de la France dans le monde.

La confection d’une œuvre historique

Le monument est composé d’une sculpture représentant six militaires – une femme et cinq hommes des forces armées – portant un cercueil non-visible et dont les visages expriment la douleur, le recueillement et la détermination. Un mur de 37 plaques portant les noms des 549 morts pour la France en opérations extérieures, théâtre par théâtre, complète l’œuvre.

Le monument aux Morts pour la France en opérations extérieures est implanté dans le parc André-Citroën (Paris 15e), dans le jardin «Sous-lieutenante Eugénie-Djendi », résistante déportée et exécutée à Ravensbrück. Accessible au public, le monument se trouve à proximité du site de Balard, qui regroupe les états-majors, directions et services du ministère des Armées.