Le caporal-chef Max Bonniot décède dans le Massif du Mont-Blanc

[Armée de terre]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Ce mercredi 20 novembre à 8h30, le caporal-chef Max Bonniot du Groupe militaire de haute montagne (GMHM) et son camarade de cordée Pierre Labbre, de la Compagnie des guides de Chamonix, ont été retrouvés morts par les secours.

Cette cordée mixte, composée de deux guides de haute montagne, était engagée dans la face ouest de l’Aiguille de Plan sur la voie Bonington.

Selon les premières constatations du peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix, les deux hommes évoluaient encordés dans le premier tiers de la face nord-ouest de l’Aiguille du Plan quand ils auraient dévissé et fait une chute de 300 mètres. Aucune trace de coulée n’a été relevée sur place.

Le caporal-chef Bonniot était en service dans le cadre des missions du GMHM. Ces alpinistes sont des soldats de montagne d’élite qui ont pour vocation de se confronter à des conditions extrêmes afin d’expérimenter et de transmettre leurs savoir-faire techniques aux autres unités de l’armée de Terre. Ce qui en fait un véritable ambassadeur de l’alpinisme français de haut niveau. A ce titre, et comme leurs camarades engagés en opération, ils sont exposés à des risques réels et acceptés. Cette exigence du milieu impose aux membres du Groupe une rigueur dans la préparation associée à une solide expérience pour réduire au mieux ce risque.

Ayant perdu un frère d’altitude et son compagnon de cordée, toute la communauté des Troupes de montagne s’associe à la peine des familles et leur adresse ses sincères condoléances.

BIOGRAPHIE DU CAPORAL-CHEF MAX BONNIOT

Né le 10 mars 1988 à Briançon, le caporal-chef Max BONNIOT a servi la France durant plus de six années.

Le 1er août 2013, à l’âge de 25 ans, il s’engage au titre du Groupe Militaire de Haute Montagne (GMHM) en tant qu’engagé volontaire de l’armée de Terre.

Dès son entrée au GMHM, il a fait preuve d’un grand professionnalisme, d’une grande rigueur et d’une volonté sans faille au quotidien. Il a participé à de nombreuses courses à travers le monde : au Népal à quatre reprises (ascension de la voie nord du Pangbuk), en Chine à deux reprises (ascension du Shishapangma) et au Pérou (ouverture de la Siula Grande). Il est élevé à la distinction de 1re classe le 1er octobre 2014 et promu au grade de caporal le 1er décembre 2015 à 27 ans. Outre ses nombreuses expéditions à l’étranger, le caporal-chef Max BONNIOT s’est illustré sur de nombreuses voies d’escalade particulièrement difficiles, notamment dans le massif des Alpes (les grandes Jorasses, versant Sud du Mont Blanc).

Le caporal-chef Max BONNIOT a en outre participé à une expédition grand froid au Groënland avec le groupe commando montagne (GCM) de la 27e brigade d’infanterie de montagne en 2016 et a été promu au grade de caporal-chef le 1er septembre 2017 à 29 ans.

Le 18 novembre 2019, le caporal-chef Max BONNIOT part en expédition dans le massif du Mont-Blanc, accompagné du guide de haute montagne Pierre LABBRE, afin de repérer la voie Bonington dans la face ouest de l’Aiguille du Plan. Le 20 novembre 2019, les corps sans vie des deux alpinistes ont été découverts par le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM).

Le caporal-chef Max BONNIOT est titulaire de la médaille de la défense nationale échelon argent, détenteur de l’insigne d’honneur de l’Ecole Militaire de Haute Montagne (EMHM) échelon argent et de l’insigne d’or des troupes de montagne (qualification guide de haute montagne).

Agé de 31 ans, vivant en couple, le caporal-chef Max BONNIOT est décédé en service.