Le général de Castelnau honoré lors du 11 novembre à Béziers [PHOTOS/VIDÉO]

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les commémorations du 11 novembre à Béziers ont certainement permis de rendre hommage non seulement aux anciens combattants de la Grande Guerre, mais aussi à un général méconnu du grand public.

Né à Saint-Affrique (Aveyron), Édouard de Curières de Castelnau commande en 1914 la 2e Armée de Lorraine et remporte, fin août, la première grande victoire française à La Trouée de Charmes avant la Marne. Dans cette armée il y a le 16e Corps languedocien et ses régiments, dont le 96e Régiment d’Infanterie et le 1er Régiment de Hussards de Béziers, qui se couvrent de gloire.

Il était donc logique que la ville de Béziers lui rende hommage en présence de ses descendants.

C’est d’abord en la cathédrale St Nazaire que la journée de commémorations à débuté avec la messe. Un hommage a été rendu au brigadier-chef Ronan Pointeau, décédé tout récemment en mission au Mali.

Peu après, c’est dans les rues de Béziers qu’ont défilé militaires, vétérans, autorités civiles et militaires, et plus de 300 enfants de la ville.

Finalement, c’est au Monument aux morts au Plateau des Poètes que s’est retrouvé tout ce monde.

«On se souvient de nos Anciens en ce 11 novembre», a déclaré le capitaine Juan, commandant de la 6e compagnie de la 13e demi-brigade de Légion étrangère. «À la 13e DBLE on a un lien fort avec Béziers et avec le général de Castelnau, donc notre présence aujourd’hui est toute naturelle». Le Quartier général de la 13e s’appelle d’ailleurs… général de Castelnau !

La musique du clairon fend l’air à quelques reprises au cours de la cérémonie, le silence s’installe et les couronnes sont déposées au pied du monument.

«Au pied de ce monument, il nous faut nous rappeler que cette guerre a tout changé, tout pulvérisé sous les bombes, tout écrasé sous les chenilles des premiers chars d’assaut… Qu’elle a été chimique, cynique, boulimique de corps humains. Et qu’au final, la victoire de l’armée française a été payée d’un prix terrible, d’un prix sanglant. Nous avons perdu une partie de notre peuple dans les tranchées… et une partie de son âme».

Robert Ménard, Maire de la Ville de Béziers

Après l’interprétation de la Marseillaise et du Se Canto par des enfants des écoles de Béziers, Robert Ménard a dévoilé une plaque rendant hommage au général De Castelnau et l’a donné à l’un de ses descendants.

«Un devoir de mémoire, ce n’est pas suffisant. Il faut que cela soit ramené à ‘qu’est ce qu’on fait aujourd’hui pour défendre les mêmes principes, le même mode de vie?’ La bonne question c’est de se dire si on fait le job», a tenu a rappelé le maire de Béziers, Robert Ménard.

Se souvenir et agir en conséquence !