Naval Group lance la construction de la première frégate numérique de la Marine nationale

La découpe de la première tôle de la frégate de défense et d’intervention (FDI) a eu lieu sur le site Naval Group de Lorient. [Naval Group]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

La ministre des armées a assisté le 24 octobre à Lorient, sur le site industriel de Naval Group, à la cérémonie de découpe de la première tôle de la première frégate française de défense et d’intervention (FDI), dont elle a dévoilé le nom: « Amiral Ronarc’h ».

L’événement s’est déroulé en présence du Délégué général pour l’armement Joël Barre, du chef d’état-major de la Marine l’amiral Christophe Prazuck, de son homologue grec le vice-amiral Nikolaos Tsounis et de Hervé Guillou PDG de Naval Group.

Les FDI sont des navires de combat de la classe 4 500 tonnes avec un équipage de 125 marins. Aptes à intervenir dans tous les domaines de la lutte en haute mer, elles intègrent de nombreuses innovations, parmi lesquelles le premier radar à panneaux fixes entièrement numérique au monde.

Chiffres clefs
– Déplacement : classe 4 500 tonnes
– Longueur : 122 mètres
– Largeur : 18 mètres
– Vitesse : 27 nœuds
– Autonomie : 45 jours
– Capacité de logement : 125 personnes + 28 passagers

Le programme FDI a été lancé en 2017. La loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit que les deux premières FDI seront livrées à la Marine nationale d’ici à 2025. Cinq FDI seront en service au sein de la Marine nationale en 2030. Sur proposition de l’amiral Prazuck, la ministre des Armées a décidé que l’une d’entre elles portera le nom de l’amiral Louzeau, décédé récemment.

Le programme FDI participe au renouvellement et au renforcement de la flotte de surface de la Marine nationale, conformément aux conclusions de la revue stratégique de 2017 qui prévoit 15 frégates de premier rang en 2030 : 8 frégates multi-missions (FREMM), 2 frégates de défense aérienne (FDA Horizon) et 5 frégates de défense et d’intervention (FDI).

La première FDI a été commandée en avril 2017 par la Direction générale de l’armement (DGA) à l’industriel Naval Group associé à Thales et MBDA. Sa livraison à la Marine nationale est prévue fin 2023.

Complémentaires des FREMM, les FDI sont des navires de combat d’un déplacement de la classe 4 500 tonnes, polyvalents, endurants, embarquant un équipage de 125 marins.

Les FDI intègrent dès leur conception un concentré d’innovations:

  • Elles peuvent intervenir dans tous les domaines de la lutte en haute mer: antinavire, antiaérien, anti-sous-marin.
  • Aptes au contrôle de vastes espaces aéro-maritimes, elles sont aussi capables de se défendre contre les menaces asymétriques et de projeter un détachement des forces spéciales.
  • Pour évoluer dans un monde de plus en plus digital, les FDI disposent nativement d’une protection contre la menace cyber et de deux centres numériques (Data Centers) qui regroupent les capacités de calculs de tous les senseurs et armements du bord.
  • Parmi les équipements de nouvelle génération installés à bord on trouve un radar à quatre panneaux fixes permettant une veille permanente sur 360 degrés, fixés sur une mâture unique, et des lanceurs capables de tirer plusieurs types de missiles antiaériens en fonction de la menace. Ce sont également les premières frégates à pouvoir embarquer simultanément un hélicoptère et un drone de la classe 700 kg.
  • Conçues pour être évolutives, les FDI évolueront en standards de manière à s’adapter à l’évolution de la menace.

Depuis la notification du marché par la DGA au printemps 2017, chaque jalon technique a été franchi dans les temps que ce soit pour la conception du navire ou pour le développement des innovations embarquées, grâce à un travail collaboratif en plateau réunissant la DGA, l’industrie et la Marine.