BARKHANE: un diable rouge pour la quatrième fois au Sahel

Barkhane. [EMA]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Comme de nombreux soldats, le caporal-chef de 1er classe Maxime a découvert le Mali avec l’opération Serval en 2013. Engagé plusieurs fois dans la Bande Sahélo-Saharienne (BSS), il participe aujourd’hui à son troisième mandat au sein de la force Barkhane. Chef de groupe au 152e régiment d’infanterie, il fait partie du Groupement Tactique Désert «Edelweiss».

C’est en 2017 que le caporal-chef de 1er classe Maxime découvre l’opération Barkhane. Chef d’équipe à l’époque, la mission principale qui lui avait été confié était de participer à la formation de forces armées partenaires. «La formation des soldats reste un moment très intéressant de cette période. Transmettre nos savoir-faire à une armée partenaire a été quelque chose de très gratifiant». 

Barkhane synonyme de missions opérationnelles

Volontaire pour un nouveau départ, il arrive sur la base de Gao en 2019. Les conditions ont bien changé depuis son premier déploiement pendant l’opération Serval. L’infrastructure à gagné en confort, un dispositif d’alerte météo a été mis en place et les moyens déployés sur le terrain ont connu des améliorations. «Lorsque l’on sait qu’un déploiement sur Barkhane est prévu on ne souhaite qu’une chose c’est d’y aller. L’entrainement que l’on suit avant notre départ est adapté aux situations que l’on rencontre ici sur le terrain. Ce que j’aime lorsque je suis au Mali, c’est que je sais que les missions seront toujours différentes et comportent toujours beaucoup d’engagement».

Esprit de corps et camaraderie

De son mandat Serval et de ses trois mandats Barkhane, le caporal-chef de 1er classe Maxime retient l’esprit de camaraderie: «dans la difficulté on se serre les coudes». Il retient également son envie de participer aux opérations lors desquelles il aura à restituer ses savoir-faire tactiques. Enfin, il apprécie la rusticité, nécessaire pour tenir ici. «Je me souviens de ma première tempête de sable, voir ce mur gigantesque nous arriver dessus et après son passage ressembler à des poupées d’argile. Ça reste quelques chose de très impressionnant.»


Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.