Le Liban achètera équipement, hélicoptères et patrouilleurs français

Le Premier ministre Edouard Philippe. [Rémi Jouan]
Temps de lecture estimé : 1 minute

La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé la signature d’une lettre d’intention avec le Liban pour la vente de matériels français aux forces militaires et de sécurité du pays du Cèdre.

Sans tambours, ni trompettes, cet accord a été signé le 20 septembre par le premier ministre Edouard Philippe et son homologue libanais Saad Hariri. Il porte sur la fourniture par la France d’équipements «dans les domaines naval (patrouilleurs), aéromobiles (hélicoptères) et terrestres (équipements)» a précisé Florence Parly.

Selon la ministre, il s’agit de l’aboutissement d’un travail mené depuis des mois par le ministère des Armées, en lien avec le ministère de l’Economie et des Finances: la France accorde un prêt avantageux de 400 millions d’euros qui permet cette opération.

L’objectif annoncé est de permettre le renforcement des capacités et la souveraineté libanaises, dans un environnement troublé où le terrorisme reste une menace. «Le Liban est un pays ami dont la sécurité est de grande importance pour nous», a ainsi déclaré la ministre des Armées.

Entre 2015 et 2018, les armées françaises ont cédé gratuitement aux Forces Armées Libanaises un montant global et cumulé de 54 millions d’euros de matériel, consacré en grande partie à des véhicules blindés dotés de missiles.