Journée nationale d’hommage aux harkis: reconnaissance, réparation et solidarité

Cérémonie nationale d’hommage aux anciens harkis et autres membres des forces supplétives le 25 septembre 2019 aux Invalides, sous la présidence de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées. [E. Rabot/SGA COM]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

À l’occasion de la journée nationale d’hommage aux anciens harkis et autres membres des formations supplétives qui se tient chaque 25 septembre, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, a présidé une cérémonie nationale aux Invalides.

L’occasion, pour elle, de revenir sur les mesures mises en œuvre par le gouvernement pour renforcer le processus de reconnaissance et de réparation envers ces hommes, ces femmes et leurs familles engagés aux côtés de l’armée française pendant la guerre d’Algérie.

«L’histoire des harkis, c’est aussi la nôtre. Elle est celle de toute une Nation. Elle est une part de l’histoire de France. Elle ne peut être ni tue ni oubliée.» Comme chaque année depuis 2003, le 25 septembre, la France rend hommage à l’engagement des anciens harkis et autres membres des formations supplétives ou assimilées qui ont servi la France de 1954 à 1962.

À l’occasion de la cérémonie nationale qui s’est tenue mercredi aux Invalides, Geneviève Darrieussecq a rappelé l’importance de cette page d’histoire. 57 ans après la fin de la guerre d’Algérie, elle a également rappelé les mesures lancées par le gouvernement pour parachever le processus de reconnaissance et de réparation envers les anciens harkis et leurs familles.

«Le sujet n’est pas clos»

Revalorisation de l’allocation de reconnaissance pour les anciens harkis et de l’allocation viagère pour leurs veuves, création d’un fonds de solidarité et accompagnement renforcé vers l’emploi, notamment privé, pour leurs enfants, préservation des archives, pérennisation de lieux de mémoire comme Ongles (Alpes de Haute-Provence) et inauguration, le 19 octobre, d’une stèle commémorative à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales): depuis un an, «le gouvernement a pris de nouvelles mesures et a renforcé certains dispositifs. Nous les appliquons progressivement. Le sujet n’est pas clos.» a déclaré la secrétaire d’Etat ajoutant que «le président de la République souhaite prolonger le travail de reconnaissance, de réparation et de solidarité en faveur des anciens harkis et de leurs enfants.»

Dans la droite ligne de ce processus de reconnaissance, quatre harkis, de la 1re et de la 2e génération, ont été décorés lors de la cérémonie de la médaille militaire ou de l’ordre national du mérite par Geneviève Darrieussecq. Faisant le lien entre leur engagement et leurs parcours, souvent exemplaires, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées a souhaité conclure son message sur une note appelant à l’optimisme: «Votre histoire est celle d’une adhésion à la France. Votre histoire est une leçon pour nous tous et pour aujourd’hui. Malgré le passé douloureux, il ne faut jamais s’interdire de se parler, de préparer notre avenir commun et de croire en nos espérances.»