Premier engagement opérationnel au Mali du véhicule haute mobilité

237
Le véhicule haute mobilité en action. [EMA]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le véhicule haute mobilité (VHM) est un blindé d’origine suédoise spécialement conçu pour le franchissement en montagne. Il équipe actuellement le groupement tactique « Belleface » en opération au Mali.

Les VHM sont arrivés sur la base temporaire de Gossi en juin dernier. Ils ont pris part à l’opération majeure menée par la force Barkhane et les Forces Armées Maliennes dans le Gourma du 25 juillet au 3 août dernier.

De l’idée d’une expérimentation au Mali à sa réalisation concrète

La nature du terrain en montagne et dans les zones désertiques présente des similitudes en termes de difficulté de franchissement. En saison des pluies dans le désert, les oueds, les mares et les sols boueux sont autant de contraintes naturelles pour les véhicules.

Les véhicules ont été préparés en peu de temps pour leur odyssée. Des accastillages spéciaux ont été confectionnés en unité en plus des kits industriels. Les véhicules ont été équipés de chenilles en kevlar tressé spécialement conçues pour le sable, et renforcés pour résister aux engins explosifs. Ils ont été acheminés depuis le port de La Rochelle vers celui d’Abidjan avant de rejoindre le Mali par la route. « C’est un tour de force accompli en à peine huit mois ! » précise l’adjudant Arnaud, officier adjoint en second à Gossi.

Mobilité et fiabilité : la « preuve par neuf » sur le terrain

Le VHM peut être configuré de différentes façons, pour accueillir un groupe d’appui de mortier, de génie, d’infanterie ou de tireurs d’élite. « Il possède 4 chenilles motrices, il passe presque partout et ignore les crevaisons. Il est amphibie et franchit de face des pentes à 85% ! » explique l’adjudant Arnaud. « Pour son pilote, c’est une machine de 14 tonnes à la conduite agréable ! ».

Il est en outre climatisé, un avantage important pour préserver la capacité opérationnelle des équipages. « Il s’est avéré très fiable, même au niveau de l’électronique embarquée. Les VHM ont pourtant traversé des oueds profonds avec de l’eau jusqu’à 1m40 de hauteur… à mi-portière avec le compartiment moteur sous l’eau ! ». Onze VHM ont participé à l’opération. Tous ont été mis à rude épreuve, parfois à pleine vitesse, sur tous types de terrain et sans avarie notable.

Le VHM : un avantage tactique indéniable lors de raids à vitesse soutenue

Le capitaine Joffrey a commandé l’un des deux sous-groupements du groupement tactique « Belleface » au cours de cette opération dans le Gourma. Il ajoute : « le VHM donne l’avantage tactique. Avec lui, en tourelle, j’ai navigué au cap dans le désert lors d’un raid à grande vitesse car il s’affranchit totalement du terrain. Inutile de chercher un itinéraire… ». Sa vitesse de progression et sa mobilité lui permettent en effet d’intercepter les groupes armés terroristes les plus mobiles. « L’emploi du VHM au Mali est une réussite certaine» conclut-il, « le concept est largement validé ».


Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.