Visite du général Lavigne et de sénateurs sur la BA 125

240
Visite du CEMAA et de sénateurs sur la BA 125. (Atlantis Nicolau/Armée de l'air)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Jeudi 04 juillet 2019, la base aérienne 125 d’Istres accueillait le chef d’état-major de l’Armée de l’air et les membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

Accompagnée par le général d’armée aérienne Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA), la délégation composée de 21 sénateurs et du président de la commission, Christian Cambon, a été reçue par le colonel Pierre Gaudillière, commandant la base aérienne (BA) 125 d’Istres.

Le CEMAA a commencé par inaugurer l’aire de cohésion fraîchement construite, qui est une des déclinaisons locales du Pan famille lancé par Florence Parly, ministre des Armées, destiné à l’accompagnement et à l’amélioration des conditions de vie des militaires.

Devant des aviateurs de toutes les unités et de tous grades, le CEMAA a ensuite pris la parole pour rappeler l’importance de la BA 125, qui rassemble sur un même toutes les caractéristiques que l’on peut retrouver isolément sur les autres sites.

Proche des aviateurs, le général Lavigne a ensuite convié les sénateurs à les rencontrer et à échanger avec eux. Légèrement impressionnés au début, les aviateurs ont finalement parlé avec enthousiasme de leur univers et de leur métier, le temps d’un rafraichissement.

Les parlementaires se sont ensuite dirigés vers le centre de maintenance de l’A330 Phénix, où plusieurs tableaux leur ont été présentés : la modernisation des capacités de transport et de ravitaillement, avec un comparatif entre un A330 Phénix en version médicalisée (avec les modules MORPHEE) et un C-135, le couple Rafale/A330 MRTT, qui représente le présent et l’avenir de la dissuasion aéroportée, ainsi que la modernisation de l’avitaillement de l’A330 Phénix avec le service des essences des armées.

À l’issue de cette matinée, les portes du centre de maintenance (CM) se sont ouvertes, laissant entrevoir aux sénateurs le champ des possibles de l’A330 Phénix et l’intégralité de son écosystème, ateliers de maintenance et bureaux de piste, qui assurent la pérennité de la disponibilité de l’aéronef et sa mise en œuvre quotidienne.

«L’accueil de cette capacité représente localement un formidable défi humain. […] Loin de calquer d’anciens modèles, nous allons découvrir peu à peu l’ensemble des possibilités qu’ouvre cette nouvelle capacité pleinement polyvalente», a notamment déclaré le CEMAA.

Enfin, une exposition statique, guidée par des aviateurs de l’escadron de défense sol-air, a permis au CEMAA et aux élus d’apprécier les capacités de défense antiaérienne avec les systèmes sol-air SAMP/T MAMBA (antimissile balistique) et un dispositif de lutte antidrone.