Le porte-avions Charles de Gaulle et son escorte de retour à Toulon

351
Après plus de 4 mois d’activité opérationnelle intense, les marins du groupe aéronaval sont accueillis par leurs familles. (Marine nationale)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Florence Parly, ministre des Armées, salue le retour à Toulon, ce jour, du porte-avions Charles de Gaulle et de son escorte après 4 mois de mission.

Partis de Toulon le 5 mars dernier, les quelques 3 000 marins du groupe aéronaval, composé du porte-avions Charles de Gaulle, des frégates Forbin, Latouche-Tréville et Provence, du bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne, et d’un sous-marin nucléaire d’attaque, ont conduit la mission Clemenceau qui les a menés jusque dans la zone indopacifique.

Au cours de ce déploiement, le groupe aéronaval a contribué à la protection des Français en rejoignant la coalition internationale de lutte contre Daech dans le cadre de l’opération Inherent Resolve.

Il a également montré son savoir-faire en matière d’opérations aéromaritimes en s’entraînant avec de nombreux partenaires dans les zones parcourues : Australie, Egypte, Etats-Unis, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Singapour.

Dans un contexte géostratégique en mutation, ce déploiement du groupe aéronaval, vecteur clé de la projection de puissance, agrégateur de forces et catalyseur de coopérations, a permis de soutenir la stratégie nationale dans la région indopacifique et de contribuer à l’autonomie d’appréciation de situation de la France.

Données clés

  • 125 jours de mission
  • 2 744 catapultages d’aéronefs
  • 36 000 milles nautiques parcourus, soit plus d’une fois et demi le tour de la Terre
  • 29 interactions avec 18 pays différents
  • 7 navires de combats étrangers de 6 nationalités différentes intégrés au groupe aéronaval
  • Avions : embarqués: 18 Rafale, 2 Hawkeye ; pré-positionné à Djibouti : 1 Atlantique 2
  • Hélicoptères embarqués: 2 Caïman Marine, 2 Lynx, 2 Dauphin, 1 Panther
  • 83 ravitaillements à la mer avec 19 bâtiments de 11 nationalités