La ministre des Armées visite les troupes au camp de Dayr Kifa au Liban

477
(EMA)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

«La paix a ses défenseurs, ses artisans et ses visages. Ces visages, ce sont les vôtres». Ainsi débutait l’adresse de Madame Florence Parly ministre des Armées, venue rendre visite aux militaires français de l’opération Daman le mardi 2 juillet 2019, sur le camp de Dayr Kifa au sud du Liban.

La ministre des Armées est arrivée à bord d’un hélicoptère de l’armée libanaise, accompagnée de l’Ambassadeur de France au Liban Monsieur Bruno Foucher et du général Frédéric Boucher nouveau chef d’état-major de la force intérimaire des nations unies au Liban (FINUL).

Durant sa visite, la ministre a adressé un hommage appuyé aux soldats français en mission de maintien de la paix, en insistant sur la fragilité de cette paix, sans cesse éprouvée, ainsi que la dimension essentielle de cette mission au côté des Libanais. Madame Florence Parly a également salué et remercié les soldats de l’armée finlandaise pour leur mobilisation et leur solidarité précisant que c’était un honneur de les avoir aux côtés de la France au sein la Force Commander Reserve.

Dans le cadre de l’opération Daman, près de 700 militaires français et une compagnie d’infanterie finlandaise contribuent à la force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) en armant une partie de son état-major et la Force Commander Reserve de l’opération. Cette unité de réserve et d’intervention de la FINUL réalise ses missions sur l’ensemble de la zone du Sud-Liban en étroite coopération avec les forces armées libanaises.

Allocution au détachement de la FINUL

Monsieur l’ambassadeur, Général, Officiers, sous-officiers, soldats et marsouins, Mesdames et messieurs,

La paix a ses défenseurs. La paix a ses artisans. La paix a ses visages. Ces visages, ce sont les vôtres et, je suis fière aujourd’hui de pouvoir les regarder attentivement, un à un ; de croiser vos regards, et d’ici quelques instants de pouvoir échanger avec vous.

Je tenais à aller à la rencontre de tous ceux qui sont engagés partout dans le monde, sur tous les théâtres d’opération. J’ai rencontré vos frères d’armes au Sahel, en République centrafricaine et au Levant. Cette tournée des OPEX n’aurait pas été complète sans ma venue ici, à Deir Kifa. Notre présence militaire au Liban est ancienne, tenace et courageuse. Et la mission que vous conduisez est essentielle.

Car la paix est fragile, elle est sans cesse éprouvée. La vigilance de la France, du Liban et d’une communauté internationale unie ne peut vaciller et je sais que je peux compter sur l’engagement, la force et la qualité de chacune et chacun d’entre vous. Vous venez du régiment d’infanterie chars de marine, ce fameux RICM qui a toujours porté haut les couleurs de la France, de Douaumont à Deir Keifa aujourd’hui.

Vous venez du régiment médical, des groupements de soutien de bases de Défense, du service d’infrastructure de la défense, vous êtes soldats, aviateurs, et tous, vous montrez le visage de la France qui s’engage pour la paix. Chacune de vos tâches a une nécessité ; chacune a sa grandeur. Et toutes œuvrent chaque jour à la protection des enfants, des femmes et des hommes de ce pays.

La France se tiendra toujours aux côtés du Liban. Nos liens avec le pays du cèdre sont puissants, tissés par de nombreuses années d’amitié et de coopération. Notre présence ici a laissé des traces qui font du Liban bien plus qu’un partenaire : l’amour de la langue française vit encore dans les rues de Beyrouth, de Tyr ou de Tripoli. De notre histoire est née une confiance étroite et réciproque entre nos deux nations.

Et je veux dire aux Libanais qu’à chaque fois que leur pays est menacé, la France est concernée. L’opération Daman, c’est la France qui n’hésite pas à intervenir pour ses plus fidèles amis, qui s’interpose et agit pour maintenir le dialogue et empêcher la reprise des affrontements. C’est la France qui assume pleinement son rôle de puissance militaire et diplomatique, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui dote la FINUL de son outil le plus précieux, une force de réserve déployable et opérationnelle immédiatement sur tout le territoire du Sud-Liban.

Les défis sont encore nombreux. L’armée libanaise est en première ligne pour les relever. Et votre soutien est absolument capital.

Les patrouilles conjointes que vous menez, les formations que vous organisez, l’étroite coopération que vous entretenez entre nos forces armées : c’est ainsi que vous permettez aux forces libanaises de se saisir de la sécurité de la région. C’est ainsi qu’elles seront capables d’agir et de réagir vite, de mieux anticiper les menaces, de mieux y répondre.

Je souhaite aussi saluer et remercier nos partenaires finlandais, dont la mobilisation ici, à nos côtés, prouve que la paix est l’affaire de tous. La Finlande s’est montrée solidaire et c’est un honneur d’intégrer ses soldats à notre détachement.

Partir en OPEX, cela n’a rien d’évident. Vous quittez vos proches, vous quittez vos familles, vous donnez tout pour la France. Vous vous battez pour elle. Et je veux vous dire que moi, aussi, en France, je me bats pour vous. J’ai choisi de placer mon action à hauteur d’homme. A hauteur d’homme signifie à la hauteur de votre engagement, à la hauteur des sacrifices que vous faites au quotidien.

J’ai pleinement conscience que recruter un soldat, c’est engager toute une famille. Ce que je souhaite, ce sont donc de meilleures conditions de vie et d’engagement pour vous et vos familles. Je pense à des places en crèche supplémentaires, à des affectations connues plus tôt, à des moyens nouveaux pour les bases et les régiments ou encore au Wi-Fi en OPEX.

Toutes ces mesures, ce sont celles du plan Famille, dont nous avons fêté la première année de mise en œuvre en octobre dernier à Poitiers justement, dans un régiment qui est cher à beaucoup d’entre vous. Au RICM, je suis allée à la rencontre de vos familles, j’ai écouté vos conjoints, j’ai ressenti le manque de vos enfants. Ce n’était pas une visite de courtoisie, c’était le point de départ d’une vaste consultation vouée à adapter le plan Famille, à le penser au plus proche de vos besoins.

C’est une façon peut être modeste mais sincère de vous dire merci. Vous n’êtes pas sur des terres éloignées, sous des cieux lointains. Vous êtes au cœur des préoccupations internationales, au cœur d’une région continûment troublée, au cœur des opérations qui comptent. C’est une immense fierté pour moi de vous rencontrer aujourd’hui. Une immense fierté de vous dire toute la reconnaissance de la France, tout l’honneur qu’elle a de vous voir porter avec bravoure ses idéaux.

Vive la République ! Vive la France !