Premier vol de stagiaires sur le nouveau Pilatus PC-21

373
Vol de Pilatus PC-21. (David Pujo/Armée de l'air)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’état-major de l’Armée de l’air a officiellement prononcé la mise en service du Pilatus PC-21, le mardi 4 juin 2019. Cette mise en service concerne le vecteur, son système de préparation de mission et l’ensemble des moyens de simulation associés.

La date du 4 juin matérialise d’abord un jalon fondamental dans la vie du programme, mais elle marque surtout une étape essentielle pour l’Armée de l’air.

En effet, c’est dans l’après-midi du 4 juin 2019 que des stagiaires ont, pour la première fois, pris les commandes du nouvel appareil pour débuter leur formation de pilote de chasse.

Ces avions sont stationnés à l’école de pilotage de l’Armée de l’air «Général Jarry», sur la base aérienne 709 «Commandant Ménard» de Cognac-Châteaubernard.

Le processus de réception et de qualification, commencé en septembre 2018, a mobilisé pendant huit mois une équipe pluridisciplinaire de la direction générale de l’armement (DGA), de l’état-major de l’Armée de l’air et des unités de la direction des ressources humaines de l’Armée de l’air. Il permet à l’Armée de l’air de disposer aujourd’hui de 17 aéronefs, deux simulateurs, trois entraîneurs de vol ainsi que d’un ensemble complet d’outils dédiés à la préparation des missions, à leur restitution et à l’enseignement en réseau.

«Préparer solidement l’avenir, c’est explorer les nouvelles potentialités qu’offre le PC-21 dans l’Armée de l’air. Un formidable outil de formation, un système s’appuyant pleinement sur la simulation au sol et embarquée, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives. Cette entrée en service est un symbole fort de la politique d’innovation de l’Armée de l’air», avait déclaré le général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA), le 2 octobre 2018, lors d’une visite marquant les débuts officiels du nouvel avion d’instruction.

Fait remarquable, grâce à son sens du collectif et à ses efforts de coordination avec le partenaire industriel, l’équipe s’est affranchie des aléas inhérents au développement de ce type de projet et a su respecter scrupuleusement le calendrier fixé.

Propulsé par un turbopropulseur PT6A-68B, le PC-21 dispose notamment d’un cockpit moderne et pressurisé équipé de trois écrans à cristaux liquides, ainsi que d’une visualisation tête haute

Grâce à ses qualités manœuvrières (-4, +8G) et à son avionique de dernière génération, le PC-21 va permettre la modernisation de la formation des équipages chasse. Les fonctionnalités du système PC-21 comme la simulation embarquée et la qualité du simulateur autorisent une refonte profonde du cursus de formation, vers un programme plus représentatif des opérations actuelles, rationalisé et permettant l’acquisition du pilotage basique et l’apprentissage d’un système moderne (du pilotage vers le management d’un système d’armes).