Une patrouille de SENTINELLE fait feu sur un individu armé d’un couteau

298
Entrée de l'Hôpital d'instruction des armées Desgenettes, à Lyon. (Google Maps)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Une patrouille de militaires de l’Opération SENTINELLE a été menacée dimanche 16 juin par un homme armé d’un couteau, devant l’Hôpital d’instruction des armées Desgenettes, dans le 3e arrondissement de Lyon (Rhône).

Le soldat du 132e bataillon cynophile de l’armée de Terre a fait usage de son arme et ouvert le feu sur l’homme, le blessant au niveau des jambes.

Selon le parquet de Lyon, peu avant 15h, «une patrouille composée de militaires en charge de la sécurisation du site lui intimait l’ordre de s’arrêter».

Malgré une sommation d’usage, l’assaillant «vêtu d’une djellaba» continue sa progression à l’intérieur de l’établissement en direction des militaires, qui étaient chargés de sécuriser le site, couteau à la main. Un des militaires a alors tiré dans les jambes pour le neutraliser. Ses jours ne sont pas en danger et il est actuellement hospitalisé.

La police judiciaire est en charge de l’enquête ouverte par le parquet de Lyon pour «tentative d’homicide volontaire sur personnes chargées d’une mission de service public».

Cette enquête «devra notamment déterminer les circonstances de la présence du mis en cause au sein de l’hôpital militaire et ses motivations».

Le parquet de Paris, qui a compétence en matière de terrorisme, est «étroitement informé du déroulement des investigations» et pourra donc être saisi s’il s’avère qu’il s’agissait d’une tentative d’attaque terroriste.

Depuis le lancement de l’Opération SENTINELLE en janvier 2015, au lendemain des attentats qui ont fait 17 morts dans la région parisienne, les militaires ont été visés directement à plusieurs reprises, dont notamment:

  • À Nice, le 3 février 2015, un homme attaque et blesse au couteau deux militaires du 54e régiment d’artillerie de Hyères en faction devant un centre communautaire juif.
  • En janvier 2016, devant la mosquée de Valence, un individu fonce avec son véhicule sur des militaires de SENTINELLE.
  • À l’aéroport d’Orly-Sud, le 18 mars 2017, un homme «connu des services de police et de renseignement» est tué dans le Hall 1 après avoir tenté de s’emparer de l’arme d’une militaire. 
  • En août 2017, c’est à Levallois-Perret qu’un autre individu fonce sur une patrouille et blesse six militaires, dont trois gravement.

Dans le cadre de l’opération Sentinelle, ce sont 10 000 soldats (dont 3000 en réserve) qui sont engagés sur le territoire national pour défendre et protéger les Français.