Temps de lecture estimé : 2 minutes

Après 35 ans de service, le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Saphir est le premier des six SNA de type Rubis qui sera retiré du service actif à la fin du mois de juillet 2019.

La loi de programmation militaire 2019-2025 assure le renouvellement des sous-marins nucléaires d’attaque de type Rubis par les sous-marins nucléaires de type Suffren, dont le premier sera officiellement lancé le 12 juillet 2019 à Cherbourg.

Les SNA constituent de véritables instruments de puissance, endurants et discrets. Leurs missions sont variées: soutien à la dissuasion, protection du groupe aéronaval, recueil renseignement, lutte sous-marine.

Le Saphir S602 est le deuxième des six SNA français de type Rubis.

Mis en chantier le 1er septembre 1979 à Cherbourg, il est baptisé Saphir deux années plus tard, et le capitaine de frégate Roy prend le commandement du premier équipage, le 26 juin 1982.

Depuis le 6 juillet 1984, date de son admission au service actif, le Saphir a parcouru 1 200 000 nautiques, passé plus de 120 000 heures en plongée (plus de 13 ans) et effectué une centaine d’escales. Fidèle à la mémoire de ses glorieux homonymes des deux guerres mondiales, le Saphir a participé à de nombreuses missions de l’océan Indien aux Caraïbes et du Grand Nord aux côtes sud-américaines. Parmi les missions emblématiques: Balbuzard en 1993, Kotor en 1999, Harmattan en 2011.

Aujourd’hui commandé par le capitaine de frégate Frenais de Coutard, le Saphir a quitté son port d’attache de Toulon le 21 juin pour rejoindre Cherbourg, lieu de sa déconstruction. Les opérations de désarmement seront effectuées sous la maîtrise d’ouvrage de la Direction générale de l’armement (DGA).

Le premier de la série des SNA de nouvelle génération, le Suffren, sera livré en 2020. Son lancement officiel le 12 juillet, marque la fin de la période de construction et constitue la dernière étape avant la phase d’essais.

«En quelques jours, un passage de flambeau historique va être réalisé, mais au-delà du symbole, c’est toute l’excellence française qui se démontre au cours de ces deux événements: d’abord un SNA qui pendant des décennies n’aura jamais failli à sa mission, ensuite l’arrivée d’un bijou technologique qui va permettre à la France de garder son statut et son rang de puissance militaire», a déclaré la ministre des Armées Florence Parly, par voie de communiqué.

Programme complexe dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par la DGA et le CEA, la maîtrise d’œuvre étant assurée par Naval Group et Areva-TA, il témoigne du savoir-faire industriel français.

Avec les SNA de type Suffren, la France disposera de sous-marins plus endurants, plus discrets et plus modernes, parmi les plus performants au monde. Outre les missions classiques dévolues aux SNA, ils pourront également effectuer des frappes contre terre et seront optimisés pour la mise en œuvre de forces spéciales.