CaMo: entrée en vigueur de l’accord entre la France et la Belgique

L'Armée de terre belge fera l'acquisition de 442 véhicules blindés

Les véhicules blindés Griffon et Jaguar. (Nexter)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Le 21 juin dernier, l’accord intergouvernemental entre le gouvernement de la République française et le gouvernement du Royaume de Belgique, relatif à leur coopération dans le domaine de la mobilité terrestre, est entré en vigueur.

Cette étape qui scelle désormais l’accord de coopération stratégique, a permis la notification, du contrat Capacité motorisée (CaMo) à l’industrie française par la Direction générale de l’armement (DGA).

Ce contrat vise à livrer à l’armée de Terre belge, 382 véhicules blindés multi-rôles Griffon et 60 engins blindés de reconnaissance et de combat infovalorisés JAGUAR, qui entreront en service entre 2025 et 2030. Ces véhicules seront équipés selon le programme Scorpion et totalement compatibles avec leurs équivalents français.

Par ailleurs, le comité directeur franco-belge CaMo s’est également réuni le 25 juin à Bruxelles, sous la coprésidencede Joël Barre, Délégué général pour l’armement, et du général de corps d’armée Eric Bellot des Minières, sous-chef plans de l’Etat-major des armées, pour la France, et du lieutenant-général Rudy Debaene, Directeur national de l’armement, et du général-major Marc Thys, chef de la composante terrestre, pour la Belgique.

Cette réunion a permis de faire le point sur les travaux des comités de pilotage qui structurent ce partenariat (programme, partenariat armement et capacitaire). De nouvelles perspectives de coopération ont notamment été identifiées dans le domaine de l’armement.

Dès septembre 2019, un premier exercice d’entraînement conjoint sera organisé en Belgique par les forces terrestres belges et françaises, pour éprouver les procédures de commandement.

Partenariat stratégique dans le domaine terrestre entre les forces armées française et belge, CaMo constitue un exemple concret de construction européenne de la défense ; ce partenariat pourra être élargi dans le cadre de la coopération structurée permanente.