L’Armée de l’Air se dotera de trois Falcon 8X militarisés

305
La ministre des Armées Florence Parly annonce le lancement du développement et de l’acquisition de 3 Falcon 8X pour l'Armée de l'Air. (Ministère des Armées)
Temps de lecture estimé : 1 minute

La ministre des Armées Florence Parly a annoncé ce lundi 17 le développement et l’acquisition de trois avions Falcon 8X militarisés, équipés d’un capteur Thales, d’ici fin 2019 afin de renforcer les capacités de renseignement électromagnétique des armées françaises.

Le développement de cet avion dit «espion» s’inscrit dans le cadre du programme Capacité universelle de guerre électronique (CUGE) lancé en février 2018.

Mme Parly a indiqué que la préparation du programme «arrive dans sa phase finale».

«D’ici la fin de l’année 2019, nous lancerons le développement et l’acquisition de trois Falcon 8X construits par Dassault Aviation équipés d’un nouveau capteur développé durant près de 10 ans par Thales», a déclaré la ministre lors d’un discours à l’ouverture du 53e Salon international de l’aéronautique et de l’espace au Bourget.

«Ces avions viendront à partir de 2025, en remplacement des deux Transall C-160 Gabriel renforcer les capacités du renseignement d’origine électromagnétique et contribueront à l’effort particulier de ‘connaissance et anticipation’ de l’environnement stratégique des Armées françaises», a ajouté Mme Parly.

Le Falcon 8X peut évoluer jusqu’à 15.545 mètres d’altitude et voler sur une distance de 8.519 kilomètres sans ravitaillement. Il peut recueillir des données électromagnétiques de l’ennemi sur des millions de kilomètres carrés grâce au système Epicure développé par Thales, qui permet d’intercepter simultanément des émissions radio et radar.

Ces nouveaux Falcon espions de l’Armée de l’Air sont destinés à l’Escadron électronique aéroporté 1/54 Dunkerque, à la Base aérienne 105 Évreux-Fauville.