La France aidera la RDC pour la création d’un Collège interarmées de Défense

173
Temps de lecture estimé : 2 minutes
C’est lors d’une visite en République démocratique du Congo (RDC), ce lundi 20 mai, du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, qu’a été annoncé un accord de coopération dans le domaine de la Sécurité.

Après une rencontre avec le nouveau président de la RDC, Félix Tshisekedi, investi le 25 janvier dernier, un communiqué conjoint (mais publié uniquement par la présidence congolaise), note que la stabilisation de l’ensemble du territoire congolais, notamment dans l’Est du pays, est «un élément clé pour permettre le développement du pays. Elle passe par une ambitieuse réforme du secteur de la sécurité et un renforcement des capacités des forces armées de la RDC (FARDC)».

Pour atteindre cet objectif, Kinshasa et Paris disent avoir «convenus d’accroître notre coopération de sécurité et de Défense, en intensifiant la formation des cadres et en mettant en place une formation aux opérations de paix».

La France et la RDC ont également décidé de coopérer sur le projet de création d’un Collège interarmées de Défense qui sera chargé de former les futurs cadres des FARDC.

La France s’impliquera également plus fortement dans la réforme du secteur de sécurité à travers les initiatives multilatérales existantes telles que le programme PROGRESS financé par l’Union européenne.

Un peu plus tard, lors d’un passage au Centre des hautes études de stratégie et de défense, Jean-Yves Le Drian a rappelé l’importance de cette coopération, puisque la force de maintien de la paix des Nations Unies au Congo, la MONUSCO, «n’est pas éternelle» et que «viendra un moment où les FARDC prendront la relève».